Après la Syrie, la Jordanie, vers un embrasement de la région - Par Michel Lhomme

Après la Syrie, la Jordanie – Vers un embrasement de la région – Par Michel Lhomme

La logistique pour la livraison d’armes lourdes, missiles sol-sol et missiles sol-air, est prête. C’est l’armée jordanienne qui est en charge de ces livraisons. Après trois jours en Israël et dans les territoires palestiniens, Barack Obama est passé en Jordanie. Le président américain a rencontré le roi Abdallah II. Leurs entretiens ont porté notamment sur le conflit syrien et son impact sur le royaume.

La Jordanie a accueilli 460 000 réfugiés syriens. Washington a annoncé une aide de 200 millions de dollars pour faire face à cet afflux de réfugiés. Mais la visite du président américain, c’est aussi une visite de soutien au dernier allié arabe de la région. Le président américain l’a souligné :” les Etats-Unis et la Jordanie sont des alliés de longue date“. Le royaume aide l’Amérique dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Washington verse en contrepartie environ un milliard de dollars en aides diverses. Le président Obama (photo avec le roi Abdallah II) n’a fait que des compliments à son hôte pour sa sagesse. L’allié jordanien a su écouter les demandes de la rue et réformer. Obama a même donné des exemples. Ainsi, le Parlement jordanien est consulté sur le choix du Premier ministre. La Jordanie est un modèle dans une région en ébullition. Un discours qui a dû remonter le moral d’un roi fragilisé car les caisses de l’Etat sont vides. Le déficit a atteint trois milliards d’euros. Le pays ne peut plus subventionner les prix de la nourriture ou de l’électricité. L’arrêt des aides de l’Etat sur les produits pétroliers a récemment entraîné des émeutes.

L’opposition jordanienne dénonce des réformes politiques cosmétiques qui n’entament pas le pouvoir du roi et les manifestations continuent dans tout le pays. Abdallah II et ses proches y sont surnommés « Ali Baba et les 40 voleurs ». Reste qu’une majorité des Jordaniens a peur de voir le conflit syrien déstabiliser le pays. Dans ce contexte, le souverain hachémite demeure encore la meilleure option. Lors du sommet de Bruxelles, transporté incognito par l’armée de l’air britannique, le chef d’état-major de l’armée jordanienne, le lieutenant-général Mashal Mohammad al-Zaben, s’est longuement entretenu avec des officiers de l’armée britannique et des membres des services de sécurité pour peaufiner les préparatifs de transfert d’armes lourdes françaises et britanniques, via la Jordanie. L’armée jordanienne serait chargée de distribuer à des « djihadistes modérés » de l’ASL, Al-Nosra et Cie, ces armes lourdes.

Début mars, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, s’est rendu secrètement en Jordanie où il s’est entretenu avec le roi Abdallah II. Le contenu de cet entretien est resté secret, mais on peut facilement deviner que la Syrie aura été au centre des discussions. On peut aussi penser, compte tenu du passé d’Abdallah II et de son père avec le régime israélien, que tous les deux ont discuté de livraisons d’armes aux rebelles ASL, Al-Nosra, Al-Qaïda, via la Jordanie. Le roi Abdallah II de Jordanie avait pourtant affirmé, en décembre dernier, que son pays ne participerait pas à une opération militaire contre la Syrie et qu’« il ne participerait pas à une ingérence militaire dans les affaires syriennes ».

Selon les médias israéliens, l’armée israélienne envisage de monter un hôpital de campagne près de la frontière syrienne, sur le plateau du Golan, afin de traiter les Syriens rebelles blessés dans les combats. Cette partie de la frontière est d’ailleurs occupée sur vingt cinq kilomètres par les troupes rebelles qui s’y ravitaillent, s’y reposent et s’y organisent. Il ya donc un partage des tâches : à la Jordanie le rôle de passeurs d’armes, à l’armée israélienne celui d’« humanitaire ».

En Syrie, l’armée israélienne a ses supplétifs pour faire le boulot à sa place : détruire la Syrie et «neutraliser» l’armée syrienne par épuisement, pour qu’Israël puisse ensuite attaquer l’Iran sans risquer d’embraser la région. Le roi Abdallah II de Jordanie vient de se joindre à François Hollande et David Cameron pour intervenir militairement dans le conflit syrien, au risque de voir la Jordanie elle-même tomber dans le piège de l’extrémisme islamique et s’embraser à son tour.

Abdallah II risque gros et risque d’en payer le prix fort, en perdant son royaume, ce que, bien sûr, Netanyahu – convaincu que l’État de Palestine, c’est la Jordanie – s’est bien gardé de lui dévoiler. On opèrera ensuite le transfert de population en vidant Gaza !

Le site Al-Manar a fait état récemment de concentrations massives de troupes israéliennes, (blindés, chars…), à la frontière libanaise, près de la Syrie, de même que sur la ligne de démarcation, sur le Golan syrien occupé. Cela bouge mais rien n’est incompréhensible.

Michel Lhomme

Source : Metamag.

Crédit photo : Pete Souza, via Wikipédia, domaine public.