Retour en Lybie - On a notre Irak à nous

Retour en Libye – On a notre Irak à nous

Ci-dessus : colonne de combattants islamistes au Sahel.

L’aventure militaire libyenne a provoqué celle du Mali. L’intervention au Mali oblige à retourner en Libye. La France a enfin sa tempête du désert et se retrouve dans un piège de sable sur l’ensemble du monde saharien.

On affirme bien sûr qu’il n’y aura pas de nouvelle intervention française en Libye, sauf si on y est obligé ! Car les islamistes chassés du Mali se sont regroupés en Libye, dans le sud saharien où ils menacent un pouvoir chaotique et notre sécurité au Mali et au delà.

« Il n’y a plus un seul morceau du Mali qui puisse être sous contrôle de terroristes ». François Hollande, interrogé vendredi sur RFI, France 24 et TV5 Monde, a assuré que l’objectif de l’opération Serval de “libérer le Mali de toute emprise terroriste” avait été “atteint militairement et pratiquement”. François Hollande s’est montré cependant prudent quant à la persistance de la menace terroriste au Sahel. Si, selon lui, “une grande part” des groupes présents au Mali ont été mis hors d’état de nuire, les autres se seraient repliés “quelque part”, vraisemblablement “au sud de la Libye”. Le problème s’est déporté mais reste entier.

Retour en Lybie - On a notre Irak à nous

La Libye, avons-nous lieu d’être satisfaits ?

Les forces spéciales françaises pousseraient-elles donc jusqu’en Libye pour aller pourchasser les djihadistes d’Aqmi qui s’y seraient réfugiés, comme le laisse entendre Le Parisien du 31 mai. Malgré les démentis ultérieurs, c’est une certitude puisque c’est une obligation. Les sorties aériennes au-dessus du Mali, dans le cadre du dispositif Serval, se poursuivent d’ailleurs à un rythme soutenu, en appui aux opérations au sol, a indiqué jeudi 30 mai le ministère de la défense français, faisant état de quelque 110 sorties depuis jeudi dernier, contre 120 la semaine précédente.

Selon Le Parisien, l’état-major français s’intéresse désormais à une partie du sud-ouest de Libye, « une immense zone désertique [qui] est en passe de devenir le nouveau sanctuaire djihadiste ». « Des chefs et des sous-chefs terroristes se trouvent là », rapporte Le Parisien. « Ils recrutent à nouveau et se réorganisent. Certains ont quitté le Mali avant les combats. D’autres profitent du chaos qui règne en Libye pour aller et venir à leur guise. Nous parlons de plusieurs centaines d’activistes. » Ces combattants pourraient être responsables de l’attentat contre l’ambassade de France en Libye, le 23 avril, et des deux attaques au Niger, le 23 mai. On ne peut limiter au Mali une guerre du Sahara. On ne peut aussi prévoir de gérer le temps de cette guerre.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou avait indiqué que les assaillants qui ont commis le 23 mai deux attentats suicide au Niger venaient du Sud libyen. Selon lui, ils préparaient parallèlement une “attaque” contre le Tchad. Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a démenti ces “allégations sans fondements”, répétant que son pays “ne pourrait devenir en aucun cas une source de souci ou de déstabilisation pour ses voisins” du sud, en proie eux-mêmes à l’instabilité depuis des années.

Des experts et des diplomates occidentaux estiment toutefois que le Sud libyen serait devenu ces derniers mois l’un des sanctuaires où se sont reconstituées les cellules jihadistes après que les mouvements islamistes armés ont été délogés du nord du Mali.

La France, qui est intervenue dans le nord du Mali contre des groupes armés islamistes en janvier, espère pouvoir passer la main aux casques bleus en juillet pour stabiliser le pays, où des élections sont prévues à partir du 28 juillet.

Espérance illusoire.

Jean Bonnevey

Crédit photo en Une : Magharebia, via Flickr (cc). Crédit photo dans le texte : DR.

Source : Metamag.