Renvoi de son assistante parlementaire : Hervé Mariton se couche devant le travail de délation de Médiapart

Renvoi de son assistante parlementaire : Hervé Mariton se couche devant le travail de délation de Médiapart

05/06/2013 – 22h25
PARIS (NOVOpress) – S’il est bien une leçon que l’on doit retenir quant à la mésaventure de l’assistante parlementaire d’Hervé Mariton, c’est que courage et UMP c’est antinomique…

En effet, le député-maire de Crest a obtempéré aujourd’hui aux injonctions de Médiapart qui, par un article qui tient plus de la délation que de l’investigation dont se vante pourtant le pure-player, semble prendre un malin plaisir à vouloir, au minimum, la mort sociale de ceux qui ne pensent pas comme lui…

Méthodes déjà employées par Médiapart, et pour les mêmes motifs, contre Laurent Obertone. Pour le pure-player du (toujours ?) troskyste Plenel c’est donc semble-t-il : délation, oui ; liberté d’expression, non.

Le plus effarant n’est pas tellement les méthodes de petit flic aigri de Médiapart mais le fait qu’Hervé Mariton les légitime alors qu’il est soi disant partisan d’interdire aux employeurs de vérifier le profil numérique de personnes recrutées.

Hervé Mariton semble donc signifier que l’UMP a vraiment peu d’être de droite et préfère obéir aux injections de la gauche et des petits flics de la pensée et autres délateurs. Des prémisses de l’abandon de l’abrogation de la loi Taubira ?

Crédit photo : MEDEF via Wikipédia (cc).