Ouverture du musée des Arts et traditions populaires au politiquement correct

Ouverture du musée des Arts et traditions populaires au politiquement correct

05/06/2013 – 18h00
MARSEILLE (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
Dans un passé révolu, le Musée national des arts et traditions populaires présentait d’une manière très poétique et mystérieuse une vision synthétique de la société française traditionnelle, rurale et artisanale. On retrouvait trois mille ans de civilisation rurale européenne, les villages autour de leurs églises et le cadre de vie quotidien qui a progressivement disparu au XXe siècle. Ce musée a été transféré de son emplacement dans le bois de Boulogne près de Paris, à Marseille.

Il ne s’agit pas que d’un déplacement : le site Internet du M.U.C.E.M., qui signifie Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (photo en Une), ouvrira ses portes en cette prochaine fin de semaine et annonce un profond changement de perspective.

En quoi cela consiste‑t‑il ?

Au lieu de créer un nouveau musée consacré aux civilisations méditerranéennes tout en conservant et rénovant le musée des traditions populaires françaises à Paris, on a décidé de mélanger ces deux sujets.

Quel est l’état d’esprit de ce nouveau musée ?

Les expositions annoncées sont adaptées à un « Grand musée de civilisations » suivant l’esprit du temps. Une exposition détourne des broderies traditionnelles des Balkans sur les « obligations domestiques des femmes ». On y voit une femme nue, qui reçoit l’ordre d’enfanter. Elle est entourée de treize bébés en train de crier. Dans une autre exposition on « revisite le thème des rites de passage dans une vitrine monumentale située dans l’ancienne chapelle des Hospitaliers de Saint‑Jean de Jérusalem ». Le christianisme y est réduit à un rite parmi d’autres.

Crédit photo : Jacqueline Poggi, via Flickr (cc).