Effet Hollande ? Net recul des investissements étrangers en France

Effet Hollande ? Net recul des investissements étrangers en France

05/06/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpres) –
L’attractivité de la France est en nette perte de vitesse et l’Hexagone a accusé un important recul de 13 % des implantations internationales en 2012, contre une moyenne de seulement 3 % dans l’ensemble des pays d’Europe, selon un baromètre du cabinet d’audit Ernst and Young.

Le déclin est encore plus marqué en terme d’emplois, avec une baisse de 20 %, selon les résultat de cette 12ème édition intitulée “France : dernier rappel”.

L’étude recense 471 implantations internationales l’an dernier contre 597 l’année précédente, laissant la France à la troisième place européenne, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Ces résultats “indiquent clairement que les investisseurs étrangers adressent un dernier appel à la France pour qu’elle devienne un acteur à part entière de l’économie mondiale”, écrivent le président d’Ernst et Young en France, Jean-Pierre Letartre, et l’auteur du baromètre, Marc Lhermitte, associé Ernst and Young.

“Le rendez-vous manqué de la France avec les économies à croissance rapide expliquerait-il un tel décalage ?”, s’interrogent les auteurs de l’étude, en constatant que 14 projets sont venus des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) l’an dernier, contre 23 projets en 2011. Le pire concerne les implantations industrielles, qui accusent un recul de 25 % à 127 projets en 2012 et n’ont créé que 3.605 postes, plaçant l’Hexagone en 13ème place.

Pour rebondir, “la France doit, selon les investisseurs interrogés, lever les freins à son attractivité, que constituent la fiscalité et l’environnement administratif, juridique et réglementaire”, affirme Ernst and Young.

Hollande joue sur une ambivalence indéchiffrable, et malsaine vis-à-vis des investisseurs, qui semble être davantage la preuve de l’incompétence que de la fine stratégie. Pro-mondialisation un jour, il s’affiche en “défenseurs des opprimés” le lendemain… mais aurait plutôt tout intérêt à se méfier des effets d’annonce faciles, au risque de ressentir très fortement l’effet boomerang.

Julien Lemaire

Crédit photo : DR