[Tribune libre] Le piège policier et la "racaille" d’extrême droite - par Spoutnik

[Tribune libre] Flicaille-Racaille, le piège du 26 mai – par Spoutnik

30/05/2013 – 20h45
PARIS (via Spoutnik) – Le texte ci-dessous est une tribune libre d’un rédacteur régulier de Novopress, il n’engage en rien la rédaction de Novopress. Et sur l’attitude plus qu’étrange de la police nous vous invitons à lire ce témoignage édifiant publié sur le Rouge et le Noir

——————-

On était prévenu. Depuis le milieu de la semaine dernière , Manuel Valls avait déjà annoncé qu’il y aurait des incidents et qu’il faudrait « laisser les enfants à la maison ce jour-là ». Le préfet de police misait là dessus pour se racheter une conduite après le désastre du Trocadéro. M.Valls le voulait parce que ça le démange depuis l’occupation du toit  du chantier de la future  mosquée de Poitiers par Génération Identitaire l’automne dernier, il a également menacé d’interdire le Printemps Français vendredi dernier : il veut museler les mouvements d’opposition. Mais il subsiste encore des lambeaux de légalité démocratique en France : le ministre de l’Intérieur ne peut donc pas interdire chaque mouvement d’opposition, juste parce qu’il en a envie. Il faut des bonnes raisons pour cela. Quitte à les créer et les provoquer. Avec l’appui involontaire des “idiots utiles” d’une certaine extrême-droite.

Le dispositif
J’ai démarré la manifestation avec quelques amis, en intégrant le cortège qui démarrait de la porte Dauphine. Pendant que nous descendions tranquillement vers les Invalides, je me suis étonné de la quasi-absence de dispositif policier le long du parcours, alors que le ministère de l’Intérieur avait annoncé la mise en place d’effectifs records. C’est en arrivant sur l’esplanade des Invalides que nous avons compris où était la police. L’esplanade des Invalides était transformée en nasse : tous les points de sortie en était coupés. Nous avons donc décidé d’en avoir le coeur net en remontant les parcours des autres cortèges : toutes les rues adjacentes étaient bloquées par des barrière anti-émeute quasiment jusqu’à Montparnasse. Curieusement, les CRS en faction dans ces rues là, laissaient passer les gens qui voulaient rejoindre la manifestation, mais pas l’inverse, ils bloquaient les gens qui voulaient en partir (riverains inclus). Je m’explique : il était encore tôt dans l’après-midi, les trois cortèges étaient très loin d’avoir encore terminé de converger vers les Invalides, l’atmosphère était festive et bon enfant. Pourquoi empêcher des gens qui le souhaitaient, de quitter les lieux dès ce moment-là ? En terme de maintien de l’ordre, cela n’a aucun sens. A moins d’avoir une idée derrière la tête. Celle de vouloir créer une cocotte-minute.

Nous revenons vers l’esplanade où nous nous posons quelques minutes sur les pelouses extérieures. A partir de 18h, alors que l’ambiance est toujours bon enfant, nous commençons à voir des de troupeaux de policiers en civils – toujours aussi mal déguisés – sans brassards, se déplacer vers le bas de l’esplanade, en direction de la Seine. Ils vont y rester un moment alors que les discours à la tribune ne sont pas encore terminés. Ils attendent quelque chose, c’est évident… Le moment de rentrer en scène. Nous comprenons alors ce qu’il va se passer : il n’y a pas d’incidents ? Ils vont donc les provoquer.

Il est facile de faire dégénérer une manifestation de ce type, surtout quand le service d’ordre de la manif en question est plus préoccupé par le fait de faire placer les gens au bon endroit pour qu’ils soient comptabilisés, plutôt que par l’expulsion d’éventuels provocateurs. Un service d’ordre de bisounours. Les conséquences vont se payer très cher. Un troupeau de policiers en civil, caricaturalement déguisés en « fachos » sur le point de faire un mauvais coup, ça doit être expulsé d’une manifestation : si ce ne sont pas des flics, on vire ainsi les excités, si ce sont des flics (la suite a prouvé que oui) , on les oblige ainsi à sortir leurs brassards et à se démasquer AVANT un quelconque incident. [Les deux vidéos ci-dessous montrent bien que ces « casseurs » montrent leur brassard police lorsque les manifestants ainsi piégés et ainsi énervés les reconnaissent, brassards mis en avant pour éviter de se faire cogner par les CRS qui vont attaquer brutalement les manifestants restés sur place, note de Novopress]

Le piège
Les incidents démarrent aux alentours de 20h. Des gens sont restés sur l’esplanade, mais ils sont calmes. Les Veilleurs s’installent de leur côté.
Des journalistes sont attaqués.

Les journalistes semblaient “au courant” qu’il y aurait des problèmes. Ils se sont équipés comme pour aller en zone de guerre.

Pour ce que nous avons pu en voir ,les attaquants ressemblaient beaucoup aux flics en civil vus un peu plus tôt. La foule commence à s’agiter, les CRS reçoivent des projectiles. Voyons voir un peu la tête des lanceurs de projectiles :

Les flics en civil, facile à reconnaître. Grosse doudoune sous laquelle il y a visiblement du matos, passe-montagne et casque pour être non identifiable. Plus âgés que la moyenne des manifestants : les militants vétérans sont connus, on peut les identifier même si ils sont à moitié masqués. Si PERSONNE ne les connait, ce sont des flics. Le crétin pas masqué sur la gauche qui suit bêtement le mouvement est lui un vrai manifestant.

Les flics en civil, facile à reconnaître. Grosse doudoune sous laquelle il y a visiblement du matos, passe-montagne et casque pour être non identifiable. Plus âgés que la moyenne des manifestants : les militants vétérans sont connus, on peut les identifier même si ils sont à moitié masqués. Si PERSONNE ne les connait, ce sont des flics. Le “crétin” pas masqué sur la gauche qui suit bêtement le mouvement est lui un vrai manifestant [certainement emporté par sa colère, note de Novopress].

Dans ce contexte, les « racailles » d’extrême-droite vont commencer à s’amuser. C’était le but de la manoeuvre policière. Je précise que je ne mélange pas sous l’appellation « racaille » des militants politiques identifiés et des braves gens qui s’attardaient sur l’esplanade et se sont retrouvés pris dans le mouvement. Difficile de ne pas réagir quand on est pris dans un mouvement de foule. Difficile de ne pas riposter quand on se fait taper et gazer. Surtout quand la police est hostile depuis des semaines. La cocotte-minute a explosé. C’ETAIT LE BUT DE LA MANOEUVRE.

Mais il y a des gens qui confondent la politique et le hooliganisme, qui viennent au manifs juste pour se cartonner avec les flics. Le carton ne se justifie que s’il y a un sens politique. Quel sens y avait-il à se cartonner avec les flics hier soir ? Les organisateurs avaient bien précisé que cette manif serait la dernière (sur l’air du « on ne lâche rien mais on arrête ce soir »). Si les manifs avaient dû se poursuivre, oui, cela pouvait se comprendre : il se serait agi de durcir le rapport de force avec le gouvernement. Alors que là, ça sert à quoi concrètement ?

A rien. Mais certains voulaient s’amuser. Nous avons vu plein de “fafounets” qui rôdaient en fin de manif et qui n’attendaient plus que ça. Mais il n’ y avait pas que des électrons libres. Certains mouvements ont revendiqué leur participation dès 21h avant-hier soir sur les réseaux sociaux. Il y avait également des militants que l’on avait plus vus à des manifestations depuis 20 ans, se pointant  comme par hasard uniquement en fin de manifestation vers 18h-19h pour chercher objectivement le carton avec la police.

La bonne attitude qu'il fallait avoir, malheureusement trop minoritaire.

La bonne attitude qu’il fallait avoir, malheureusement trop minoritaire.

Les policiers ont commencé, les “fafounets” ont répondu à la provocation. Panurgiquement. Bêtement. Et les CRS ont riposté. Logiquement. Sans s’embarrasser de faire le tri entre les excités et les manifestants dignes qui chantent la Marseillaise en brandissant des drapeaux français.

A partir de là, les flics vont jouer sur du velours : gazage et matraquage pour tous.Les flics en civil ressortent leurs brassards.  La situation devient incontrôlable. Les incidents souhaités sont là et bien là.

Les inoffensifs Veilleurs qui subissent les conséquences de l'agitation hooliganesque de certains.

Les inoffensifs Veilleurs qui subissent les conséquences de l’agitation “hooliganesque” de certains.

Les politiques
Pendant que les «certains s’amusaient aux Invalides, d’autres faisaient de la politique.

Rappel aux élus UMP de leurs contradictions : défiler avec la manif pour tous et par ailleurs refuser d'abroger la loi s'ils revenaient aux affaires (Génération Identitaire, 13h, porte Dauphine)

Rappel aux élus UMP de leurs contradictions : défiler avec la manif pour tous et par ailleurs refuser d’abroger la loi s’ils revenaient aux affaires (Génération Identitaire, 13h, porte Dauphine)

Occupation du siège du Parti Socialiste par Génération Identitaire.

Occupation du siège du Parti Socialiste par Génération Identitaire.

Les conséquences
– L’image pacifique de la Manif pour tous est irrémédiablement abîmée : nous ne sommes pas dans la configuration du 24 mars sur les Champs-Elysées, où des familles et des militants pacifiques se sont fait brutaliser indûment par les forces de l’ordre. Le bilan de la journée – entre 500.000 et un million de personnes pacifiques – est médiatiquement passé à la trappe. [Comme l’explique ce témoignage sur le Rouge et le Noir, note de Novopress].

– Le préfet de police de Paris et Manuel Valls commençaient à être en difficulté suite aux incidents de ces dernières semaines (auxquels il faut ajouter le désastre du Trocadéro) . L’occupation du siège du PS aurait pu même conduire le préfet à la démission, c’était l’incompétence de trop pour ses services. Et bien, non.Ils sauvent leurs têtes.

– Frigide Barjot est relégitimée. Depuis des jours qu’elle dit qu’elles ne veut rien avoir à faire avec des “nervis d’extrême-droite”, cela lui a été beaucoup reproché parce que ce qu’elle disait était FAUX jusqu’à présent. Je le répète les familles du 24 mars et les agités d’hier ne sont pas les mêmes.

– Des menaces de dissolution risquent de planer sur le seul mouvement qui, lui, a fait de la politique et n’a pas participé aux incidents (les jeunes de Génération Identitaire ont un alibi béton, ils était déjà en garde à vue pour l’occupation de Solférino). Manuel Valls a déjà annoncé la couleur dès hier soir en parlant « d’inadmissibles violences de l’extrême-droite identitaire ».

– Des manifestants pacifiques, eux, qui n’ont rien fait d’autres que résister comme ils le pouvaient , se retrouvent interpellés, victimes de gardes à vue abusives (plus de 20 h pour beaucoup d’entre eux, alors que la police n’a toujours rien trouvé à leur reprocher à ce jour)

– Depuis une répression policière féroce et totalement injustifiée s’abat sur toutes les actions liées de près ou de loin à LMPT : arrestations arbitraire pour déambulations sur la voie publique, port de t-shirt, cri de slogans et j’en passe, toujours assorti de 15 à vingt heures de garde à vue…

Alors, tout ça pour s’amuser un peu et se donner le frisson de la dissidence ? La politique ce n’est pas du hooliganisme. Repérer des flics en civils et ne pas rentrer dans leur jeu, c’est le B.A-BA de la pratique de la manifestation. Que des gamins inexpérimentés, et à bout de se faire mépriser par le système depuis des mois, se fassent avoir, c’est une chose. Ils ont l’excuse de l’inexpérience et de la colère accumulée face au mépris. Que des militants « vétérans » ou « actifs » tombent dans le panneau, juste pour retrouver le frisson de leur « vingt-ans » c’est inexcusable. C’étaient leur rôle de canaliser les inexpérimentés, justement. Et de ne pas faire ce que la police attendaient d’eux. La politique n’est pas un jeu.

Et la violence ne se conçoit que si elle a un but. Frapper pour le plaisir de la bagarre sans réfléchir aux conséquences, ce n’est pas un comportement de militants politiques, mais de racailles.

Alors on nous annonce sur les réseaux sociaux une nouvelle manifestation, ce qui n’était pas prévu. Pour le moment aucune demande officielle en préfecture n’a été déposée. Mais les éléments dont on dispose (14 juillet, Champs-Elysées) laissent présager un refus de la préfecture. Elle avait déjà refusé les Champs-Elysées, avant le moindre incident. Il estprobale que quelle que soit la décision de la préfecture, les manifestants viendront quand même. On peut même d’ores et déjà prévoir de probables affrontements avec les forces de l’ordre. Le contexte sera différent : il s’agira là de défendre nos droits de citoyens, notre liberté d’expression, notre droit de manifestation. Pas d’aller « s’amuser »

« Politique d’abord » (Charles Maurras). Sans arme, ni haine, ni violence

Spoutnik

Crédit photos : DR