Italie : La gauche contre « l’invasion »… des truffes étrangères

Italie : La gauche contre « l’invasion »… des truffes étrangères

27/05/2013 – 17h20
ROME (NOVOpress)
– La gauche italienne découvre « l’invasion ». Celle des truffes. Le député du Partito democratico Massimo Fiorio a annoncé une proposition de loi pour contrôler l’arrivée des truffes étrangères. « Depuis trop d’années, dénonce-t-il, nous sommes envahis par des truffes dont la provenance n’est certainement pas locale; c’est une véritable escroquerie aux dépens de ceux qui achètent le produit, et une “injustice” vis-à-vis de ceux qui le cherchent en suivant des règles strictes et en se conformant à des traditions séculaires ».

Cette défense de la truffe a déjà permis de trouver un fauteuil pour l’ancien président du conseil Massimo d’Alema, apparatchik passé du Parti Communiste au « Parti démocrate » via les « Démocrates de gauche ». D’Alema, qui avait commencé sa carrière comme président de la Fédération des jeunes communistes italiens dans les années 1970, a été officiellement nommé « ambassadeur de la truffe en Italie et dans le monde ».

En réaction, beaucoup ironisent sur « les priorités du Parti démocrate », au moment même où le nouveau ministre de l’intégration – et ancienne immigrée clandestine –, Cécile Kyenge Kashetu veut abolir le délit de clandestinité et le droit du sang.

Le site Identità.com propose « un petit jeu. Changeons quelques mots. “Nous sommes envahis par des individus dont la provenance n’est certainement pas locale; c’est une véritable escroquerie aux dépens de ceux qui n’ont pas de travail, et une “injustice” vis-à-vis de ceux qui en cherchent un en suivant des règles strictes et de ceux qui travaillent en se conformant à des traditions séculaires.” Mais, évidemment, nous ne sommes pas des truffes, pas même des pandas, nous ne méritons pas d’être protégés comme peuple ».

Le problème posé par les truffes d’importation est réel. Mais, en Italie comme en France, la gauche immigrationniste, quand elle s’avise tout d’un coup de prôner le localisme, n’est tout simplement pas crédible.