Manifestation massive hier contre le mariage homo, malgré tous les efforts du gouvernement pour l'empêcher

Manifestation massive hier contre le mariage homo, malgré tous les efforts du gouvernement pour l’empêcher

Photo ci-dessus : la manifestation du 26 mai.

27/05/2013 – 13h10
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Première phase : Le gouvernement met tout en œuvre pour dissuader les manifestants anti-mariage homosexuel

Cela a commencé par l’exécutif. Interrogé vendredi matin, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a lancé les hostilités en déclarant qu’il réfléchissait à l’interdiction du Printemps français. Le mouvement informel, représenté notamment par Béatrice Bourges, rassemblerait selon lui les plus extrémistes des opposants à la loi Taubira.

Réagissant aux menaces politiques, Béatrice Bourges a rappelé que le Printemps français était un mouvement sans chef ni statuts, et qu’il était donc impossible de le dissoudre. Surtout, elle a expliqué que les attaques ministérielles ne faisaient que renforcer la détermination des sympathisants du Printemps français.

Valls a également mis en garde les familles, les enjoignant de ne pas venir avec leurs jeunes enfants. L’ambiance mêlant calme et détermination hier après‑midi était à mille lieues du scénario du ministre.

Le président de la République s’est également mêlé de la Manif pour tous

Plus tard dans la journée, François Hollande, en déplacement en Allemagne, avait jugé nécessaire d’évoquer les manifestations d’opposants au mariage homosexuel, les appelant, je cite, “à la responsabilité”. Une intervention sous forme de menace, donc.

Vendredi soir, l’Elysée avait également réuni une cellule de crise. L’exécutif y a calibré une communication très politique visant à diaboliser ses opposants.

 

Deuxième phase : Malgré les efforts su gouvernement la participation a été massive

Les efforts conjoints de Manuel Valls, de François Hollande et de la majorité socialiste en général ont été vains. De 150.000 personnes, selon les chiffres politiques de la préfecture de police de Paris, à 1.000.000 selon les organisateurs se sont retrouvées dans la rue pour dénoncer l’illégitimité, malgré sa promulgation, de la loi Taubira qui conduit à la destruction de la famille.

Quel était le mot d’ordre des manifestants ?

Les intervenants se sont succédés à la tribune de la Manif pour tous, sur l’esplanade des Invalides. On retiendra notamment la présence du député italien Luca Volonté, président du groupe de centre‑droit à l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Il a expliqué avoir été scandalisé par la répression policière orchestrée contre les opposants au mariage homosexuel. Pour justifier son indignation, il a comparé les traitements infligés à ces foules pacifiques et aux casseurs qui ont mis à sac l’Ouest parisien, il y a quinze jours.

La mobilisation va-t-elle se poursuivre ?

Tous les intervenants ne voyaient pas exactement les choses de la même manière. Quand une italienne rappelait que, de l’autre côté des Alpes, la mobilisation contre un tel projet scélérat avait largement contribué, il y a quelques années, à la chute du gouvernement Prodi ; d’autres n’envisageaient plus de victoire qu’à long terme. Frigide Barjot, restée à l’écart des cortèges, a par exemple jugé sur BFM‑TV que « La Manif pour tous avait fait son temps ». La porte‑parole avait laissé Xavier Bongibault, homosexuel opposé au mariage pour tous, faire la promotion du contrat d’union civile. Il a été largement hué par la foule en évoquant cette proposition.

Le soir, de l’ordre de 5.000 veilleurs, se sont réunis sur les pelouses des Invalides pour poursuivre, pacifiquement mais avec détermination la mobilisation. Ils étaient encore plusieurs centaines à proximité du Petit‑Palais ce matin.

Dans le même temps, d’autres manifestants défiaient les forces de l’ordre présentes en nombre pour protéger les artères voisines, et notamment celles menant à l’Assemblée nationale. 293 personnes ont été interpellées, dont 231 placées en garde à vue.

Aucune vitrine ni aucune voiture n’ont été cassées ou brulées…

Crédit photo : La Manif Pour Tous, DR.