C’est le printemps : de grâce, tenez vos hormones !

C’est le printemps : de grâce, tenez vos hormones !

10/05/2013- 08h00
PARIS (via Belle et Rebelle) – Allons, allons, un peu de retenue, s’il vous plaît, jeunes gens… Un adieu poignant sur le quai d’une gare, une promenade romantique main dans la main… (On entendrait presque le chant des oiseaux) Que d’appels à l’Amour !

Et tout d’un coup, une grosse main sur des fesses boudinées dans un jean, des embrassades de gloutons à pleine bouche à la limite de l’étouffement, des empilements de jeunes (et parfois moins jeunes) sur les bancs d’un parc ou dans le métro…  « Je suis contente pour vous, mais beurk quand même ! »

Je sais, ce n’est pas forcément évident de refréner ses envies, surtout depuis que le monde moderne nous a habitués à tout avoir ici et maintenant, et alors que les moyens modernes (comme les réseaux sociaux et autre « presse » à scandale) nous font entrer dans l’intimité de connaissances ou même de parfaits étrangers… Mais, de grâce, ne m’invitez pas de force dans votre chambre à « coucher », je n’ai aucune envie de savoir ce qui se passe dans votre intimité… Les gens présents autour de vous n’ont pas à subir vos démonstrations d’affection, si sincères soient-elles !

Vous allez dire : « Mais quel rabat-joie, quel vieux jeu… » Je me suis déjà fait moi-même la réflexion mais non, le problème ne vient pas de moi, ni des vieilles dames choquées, ni des enfants soucieux d’en apprendre toujours plus…

Détrompez-vous ! Je suis (encore) jeune et déjà passée par là.

J’ai eu comme tous les jeunes au monde, les mêmes envies, la même passion, les mêmes ardeurs qui dévorent. Mais, croyez-moi, rien de tel que de patienter quelques instants (du moins le temps de vous retrouver dans un endroit où vous serez SEULS) pour susciter encore plus de désir.

Et si un des deux partenaires ne peut attendre quelques minutes de plus, demandez-vous ce qu’il cherche vraiment. Est-ce passer un moment agréable avec vous, vous prouver son amour, ou juste gratter là où ça le démange ? Peut-être est-ce un moyen de se faire remarquer, comme ces bandes qui se sentent puissantes quand elles déambulent en criant. Ces personnes trouvent peut-être flatteur de susciter, devant une assemblée, le désir de quelqu’un. Mais quel avenir pour un couple dont un des membres ne sert que de faire-valoir ?

Ce que vous faites en privé ne me regarde en rien et je ne veux même pas en savoir la teneur. Mais je vous demande humblement, non, je vous supplie : « Attendez la prochaine station de métro et trouvez-vous un endroit approprié, vous verrez ça n’a que des avantages… »

Jorunn

Crédit photo : DR