Pesticides : malgré des améliorations, la population française toujours très exposée

Pesticides : malgré des améliorations, la population française toujours très exposée

02/05/13 – 20h30
PARIS (NOVOpress)
– Selon le rapport de l’Institut de veille sanitaire (InVS) publié le 29 avril dernier et portant sur l’exposition de la population française à trois familles de pesticides (organochlorés, organophosphorés et pyréthrinoïdes), les Français restent fortement exposés à ces produits.

L’étude est basée sur échantillon d’environ 400 personnes âgées de 18 à 74 ans et représente la première étude d’imprégnation de la population adulte par plusieurs substances chimiques en France.

Si les auteurs notent certaines améliorations quant à la concentration relevée de certains produits et se félicitent des conséquences bénéfiques de l’interdiction progressive de divers pesticides (comme le DDT), les quantités observés restent « notables », notamment pour deux chlorophénols ( le 2,5-DCP et le 2,4-DCP, utilisés notamment dans les antimites et certains déodorisants) dont la moyenne des concentrations urinaires seraient environ dix fois supérieure à celle observée dans la population allemande adulte en 1998.

Globalement, selon les résultats de cette étude, les concentrations de résidus de pesticides observés dans le sang sont environ cinq fois plus élevées qu’aux Etats-Unis et légèrement supérieures à celles observées dans les autres pays européens.

La consommation de certains aliments excessivement « traités » et l’utilisation domestique de pesticides, comme les traitements antipuces des animaux domestiques ou les traitements du potager, seraient les principales causes de cet état de fait.

Crédit photo : UGA College of ag via Flickr (CC)