Hervé Juvin à Locarn : « La déconstruction de l’Union européenne est en cours »

Hervé Juvin à Locarn : « La déconstruction de l’Union européenne est en cours »

02/05/2013 – 14H30
LOCARN (NOVOpress Breizh) –
A la fois centre de formation – une formation en cours concerne de futurs dirigeants de coopératives de production – et think tank spécifiquement breton de réflexion en matière de stratégie économique, l’Institut de Locarn – basé dans  les Côtes-d’Armor –  recevait, le 26 avril dernier, Hervé Juvin (phtoto). Auteur de plusieurs ouvrages (Produire le Monde, Gallimard, 2008 ; Le Renversement du monde – Politique de la crise, Gallimard, 2010) cet économiste et géopoliticien natif de Bretagne publiera en septembre prochain un nouvel essai intitulé « La grande séparation ».

Selon notre conférencier, l’Europe, malgré ses difficultés actuelles, conserve un capital considérable et unique, notamment dans le domaine des infrastructures mais aussi au plan des mentalités – l’honnêteté et l’amour du travail bien fait par exemple -, en matière de coopération entre systèmes publics et systèmes privés ou de fiabilité des institutions. Tous ces traits de la société européenne constituent une richesse considérable qu’on ne retrouve pas dans le reste du monde.

Quand il évoque l’avenir de l’Union Européenne, Hervé Juvin considère que sa déconstruction est en cours. Puissant levier de rapprochement entre des pays meurtris, le spectre de la guerre a aujourd’hui disparu et l’Union européenne a déçu de manière considérable depuis une douzaine d’années. Il pense que son explosion est possible à très court terme.

A défaut d’explosion, l’UE est vouée à disparaître par dissolution dans un espace infini et sans frontières. C’est, observe le conférencier, ce que souhaitent les Etats-Unis qui sont, à son avis, les vrais maîtres de l’UE. Pour reconstruire un nouveau système européen, il faudra selon lui remplacer les traités existants et créer des noyaux durs entre un nombre limité d’Etats qui mettront un terme au « détricotage » en cours, par les instances libérales/libertaires européennes, des Etats et des institutions.

Ce « détricotage », affirme Hervé Juvin, ne profite qu’au marché, donc aux multinationales, mais il se heurte à la forte résilience des nations historiques et à la résistance des peuples face au constructivisme de la commission de Bruxelles. Il note au passage qu’on n’observe pas de formation d’une identité européenne et que l’effet Erasmus est nul : ce sont en effet les 18-30 ans qui sont les plus favorables au rétablissement des frontières nationales.

Pour ce qui concerne le reste du monde, Hervé Juvin a évoqué la faillite remarquable de la politique américaine en Irak et en Afghanistan – et en Lybie, puisque Sarkozy y a livré sa propre guerre « de démocratisation » avec la bénédiction des USA. Le résultat concret de ces guerres a été d’entraîner un chaos inter-ethnique et inter-religieux.

Au plan intérieur, la situation économique des USA n’est pas aussi bonne que les médias le disent. Les infrastructures (routes, ponts, voies ferrées …) américaines sont extrêmement délabrées et le pays présente des signes de sous-développement dans de vastes secteurs sociologiques et géographiques. Et la mainmise que les USA avaient, depuis le début du XIXème siècle, sur l’Amérique du Sud – doctrine Monroe – n’est plus qu’un lointain souvenir. Les Yankees sont très mal vus dans cette partie du monde et les Sud-Américains privilégient le partenariat avec les Européens auxquels s’offre une opportunité historique au plan économique mais aussi géopolitique.

Concluant sa brillante intervention sur une note localiste, Hervé Juvin a vivement encouragé Alain Glon, président de l’Institut de Locarn, qui envisage une reprise des activités collectives gérées en Bretagne par des multinationales (transports scolaires, etc.) par des sociétés coopératives qui seraient financées par des fonds bretons. A Locarn aussi, manifestement, le localisme et le coopératisme sont dans l’air du temps.

F. Arondel

Crédit photo : DR.