Poupoule se prendrait-elle pour Marie-Antoinette ? Trierweiler accusée de détournement de fonds publics

Poupoule se prendrait-elle pour Marie-Antoinette ? Trierweiler accusée de détournement de fonds publics

Photo ci-dessus : Madame Trierweiler à l’Élysée.

28/06/2013 – 12h00
PARIS (NOVOpress) – Xavier Kemlin n’est pas homme à lâcher facilement le morceau. Après avoir vu sa première plainte contre la compagne de Hollande classée sans suite, l’arrière-petit-fils de Geoffroy Guichard accuse la première maîtresse de France d’occuper des bureaux à l’Élysée et de bénéficier de personnels pour des fonctions “pas clairement définies“, alors qu’elle n’est dépositaire d’aucune autorité légale.

D’après Kemlin, ces activités seraient financées avec l’argent public. Il accuse la journaliste de recel de détournement de fonds publics, dans cette nouvelle plainte déposée devant un juge d’instruction à Paris.

Son avocat, Me André Buffard, a précisé les intentions de son client au micro de RTL : “Il espère que, par cette démarche, nous aurons des informations précises sur la situation de Madame Trierweiler.

Il ajoute ensuite que son client “considère qu’à une époque où l’on nous demande une transparence totale, celle-ci doit s’appliquer à tous les niveaux de l’État, y compris au sommet“.
Me André Buffard tient à préciser que la démarche de son client n’a rien de politique.

Xavier Kemlin avait entamé une première démarche contre la compagne de Flanflan en mars dernier. À ce moment-là, il estimait que ses impôts “ne peuvent servir à loger, nourrir, blanchir, vêtir, payer les voyages ainsi que le personnel d’une dame avec qui la nation n’a aucun lien juridique“, avait-il confié au quotidien Le Progrès. Et là-dessus, on ne peut que lui donner raison.

Tout cela en tout cas, n’est pas sans rappeler Marie-Antoinette et ses fastueuses dépenses sur les comptes de la nation. Le couple royal, à l’époque, n’avait pas estimé nécessaire de considérer la grogne et la révolte du Peuple de France. Quand on voit comment cela a fini, on se dit que nos « élites » actuelles ont peut-être besoin qu’on leur rafraîchisse la mémoire.

Julien Lemaire

Crédit photo : Cyclotron, via Wikipédia (cc).