« Mur des cons » : l’étrange conception de la justice d’une certaine magistrature de gauche

« Mur des cons » : l’étrange conception de la justice d’une certaine magistrature de gauche

26/04/2013 – 18h15
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
La découverte du « mur des cons » dans la salle principale du siège du Syndicat de la magistrature, proche du pouvoir, remet sérieusement en cause le devoir de neutralité politique des magistrats.

Mercredi a été dévoilé, via une vidéo (que nous présentons ci-dessous) prise avec  un smartphone, l’existence d’un tableau d’affichage dans les locaux du Syndicat de la magistrature. Sur ce tableau baptisé « murs des cons », on peut apercevoir de nombreuses personnalités de droite et même des parents de victimes, toutes affublées d’une légende insultante. Un tableau qui met donc à mal la principale qualité supposée d’un juge : l’impartialité. L’argumentaire de défense de la présidente du Syndicat de la magistrature, Françoise Martres, laisse pantois. Cette dernière a en effet déclaré : « Que ces images [ont été] prises à notre insu dans un lieu privé, notre local syndical, qui n’est pas accessible au public ».

Le caractère profondément abject de ce mur est moins la présence d’hommes politiques, que celle de parents de victimes

C’est notamment le cas de Philippe Schmitt, père d’Anne-Lorraine assassinée le 25 novembre 2007, par un immigré clandestin récidiviste. Le général Schmitt, par ailleurs fondateur de l’Institut pour la justice, a exprimé son profond dégoût après la révélation de l’existence de ce mur de la honte. Après le meurtre de sa fille, il avait vivement critiqué les libérations irresponsables de violeurs récidivistes et le laxisme de certains juges d’application des peines. Philippe Schmitt s’est dit étonné qu’on ne trouve pas sur ce mur de photos de meurtriers ou de violeurs. Il a déclaré avoir l’intention de poursuivre le Syndicat de la magistrature.

Le ministre de la Justice Christiane Taubira a annoncé hier au Sénat avoir saisi le Conseil supérieur de la magistrature sur cette affaire. On peut douter de la sincérité de Mme Taubira dans ce dossier, lorsque l’on sait que le premier secrétaire général du Syndicat de la Magistrature n’est autre que le sénateur Jean-Pierre Michel, rapporteur du projet de loi Taubira sur le mariage et l’adoption des homosexuels… Dans un tweet, Sihem Souid, proche conseiller du garde des Sceaux, apporte son « Total soutien à mes amis du Syndicat de la magistrature qui sont victimes d’une polémique débile concernant leur mur des cons ».