La Serbie prête à se résigner sur l’existence du Kosovo

La Serbie prête à se résigner sur l’existence du Kosovo

24/04/2013 – 12h00
BELGRADE (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
La Serbie a fait un pas vers la reconnaissance du Kosovo en échange d’une véritable autonomie pour les Serbes du Kosovo.

Vendredi dernier, les représentants de Belgrade et de Pristina ont signé à Bruxelles des accords. Belgrade a réussi à obtenir des concessions de la part de Pristina et de Bruxelles afin de permettre une autonomie serbe du Nord‑Kosovo. Quant à Pristina, elle a obtenu de Belgrade l’accord pour la normalisation des relations et pour l’adhésion aux organisations internationales.

La Russie a laissé entendre qu’elle soutiendrait toute décision prise par la Serbie concernant le Kosovo, sans pour autant lui forcer la main.

La décision prise à Bruxelles a été interprétée par les deux camps comme leur propre victoire.

Le Premier ministre serbe Ivica Dacic a annoncé que pour la première fois, la communauté serbe du Nord‑Kosovo était internationalement reconnue. De plus, des garanties ont été données que l’armée kosovare ne pourra pas entrer au nord du Kosovo sans l’autorisation de la Kfor et de l’Otan.

Cette décision de Belgrade est ressentie comme une trahison de la part de nombreux Serbes

Les deux ministres qui ont participé aux négociations à Bruxelles reçoivent fréquemment des SMS avec des injures et des menaces. Pendant l’inauguration du marathon de Belgrade, une affiche a également été déployée sur un bâtiment portant l’inscription : “Vous avez trahi le Kosovo”.

Ces accords ouvrent à Belgrade son accès à l’intégration européenne

La Commission européenne a estimé avant-hier que la Serbie a rempli le critère prioritaire et a recommandé l’ouverture des négociations sur son adhésion à l’Union européenne.

Soutenus par l’Occident, les Albanais ont unilatéralement proclamé, en 2008 l’indépendance du Kosovo. Rappelons que depuis 2013 une forte recrudescence des violences antiserbes et antichrétiennes est réapparue au Kosovo. Plus d’une centaine de tombes ont été profanées et de nombreux civils dont des enfants ont été victimes de violences perpétrées par des extrémistes Albanais.

Crédit image : DR.