Santé publique: le bisphénol S remplace le bisphénol A

Santé publique: le bisphénol S remplace le bisphénol A

21/04/2013 – 16h30
PARIS (NOVOpress)
  La satisfaction des défenseurs de la santé publique après l’interdiction de l’utilisation du bisphénol A (présent dans les biberons notamment, image ci-dessus) aura été de très courte durée, les tenants de l’industrie ayant très vite rebondi après la décision bannissant ce produit dangereux.

En effet, le Bisphénol A a déjà été remplacé par son petit frère le Bisphénol S. produit également suspect mais bénéficiant d’un plus grand anonymat auprès du public.

Selon diverses associations écologistes et environnementalistes, le bisphénol S (BPS) serait un perturbateur endocrinien, même à très faible dose. Ces associations s’appuient sur une étude, menée par l’université du Texas et publiée dans la revue Environmental Health Perspectives qui décrit la façon dont BPS perturbe la réponse hormonale de cellules de rats.

«On a remplacé la peste par le choléra ! Le Bisphénol S moins connu et surtout moins médiatisé, n’effraie pas le consommateur et n’est pas dans le viseur de la loi. Les industriels ne sont même pas tenus d’afficher qu’ils en ont utilisé ! », s’insurge donc le docteur Patrice Halimi, secrétaire général de l’Association santé environnement France.

Une fois encore, il semble que les intérêts économiques aient pris le pas sur le principe de précaution et le respect de la santé publique.

Crédit photo : thesoftlanding via Flickr(CC)