Le Parti socialiste redécouvre à ses dépens que le peuple de France existe encore…

Le Parti socialiste redécouvre à ses dépens que le peuple de France existe encore…

21/04/2013 – 13h00
PARIS (NOVOpress via Kiosque Courtois) –
Samedi 13 avril avait lieu, à la cité des Sciences, le Conseil national du PS, réunissant la fine fleur de la Hollandie. Une cinquantaine de grévistes de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, menacée de fermeture, en a profité pour venir dire son fait aux petits marquis de la gauche : « Avec Cahuzac, vous avez eu le sentiment de vous faire trahir. À PSA, nous savons ce que c’est. Nous partageons ce sentiment de trahison, parce que le gouvernement n’est pas intervenu » a lancé sur scène le représentant CGT de l’usine, Jean-Pierre Mercier.

Plusieurs ministres, dont celui de l’Economie, Pierre Moscovici, ont été contraints d’assister à ce discours. Une situation ubuesque qui a été applaudie par les tenants de l’aile gauche, lesquels ont salué, je cite : une « irruption du réel » et du « social ». « Nous ne devons jamais oublier d’où nous venons. Et quelle base sociale nous sommes censés (sic !) représenter », a expliqué benoîtement le dirigeant de Maintenant la gauche, Emmanuel Maurel.

Faut-il rappeler à M. Maurel que la politique officielle du Parti socialiste a été fixée par le rapport de janvier 2012 de la Fondation Terra Nova, principal cercle de réflexion du PS ? Pour Terra Nova, davantage d’immigrés afro-maghrébins, c’est davantage de nouveaux électeurs de gauche. On comprend mieux dès lors pourquoi la gauche en général, et les socialistes en particulier, sont partisans de l’ouverture totale des frontières, en complet accord avec leurs compères libéraux, bien que pour d’autres raisons.

Dans cette vision des choses, les ouvriers de PSA passent naturellement par profits et perte. Le Parti socialiste se veut désormais, non le représentant des classes populaires traditionnelles, ouvriers, employés, petits fonctionnaires ou cadres moyens, désormais pour une large part acquises au Front national, mais celui des immigrés afro-maghrébins. « La France des quartiers populaires [comprendre des quartiers ethniques] est massivement à gauche, lit-on dans le rapport Terra Nova. C’est un fait politique important, la France de la diversité est aujourd’hui la composante la plus dynamique, tant électoralement que démographiquement, de la gauche en France. »

C’est d’ailleurs le plus naturellement du monde que Manuel Valls a ouvert ce jeudi à Paris un séminaire immigrationniste…

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, ne s’occupe pas seulement de maintenir l’ordre en France face aux Français majoritaires qui manifestent. Il est aussi responsable de la politique d’immigration. C’est à ce titre qu’il a animé ce séminaire sur les dispositifs d’accueil des primo-arrivants mis en place au sein de l’Union européenne. Vous avez dit « double langage » ?

Le système nous vend du multiculturalisme et de la richesse de la différence à tour de bras depuis de décennies. « La différence est une richesse, la cohabitation entre différentes cultures ne pose aucun problème, etc. » Ça, c’est le credo officiel de nos élites mondialisées et de leurs médias serviles. Mais cette propagande ne résiste pas à l’épreuve de la réalité. Ainsi, à l’occasion de la venue à Paris du président israélien, Shimon Peres, certains employés de la SNCF se sont vus écartés du dispositif d’accueil en gare du Nord. Les Noirs et les Arabes ont tout simplement été mis de côté, car supposés musulmans et donc antisionistes, voire antisémites… Vous avez dit « double langage » ?

Crédit photo : Petit Louis, via Flickr (cc).