Boston : « Putain je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi », ce sont des immigrés tchétchènes

20 avril 2013 | Actualité internationale, France, Médias

20/04/2013 – 17h40
PARIS (NOVOpress) –
Les deux « suspects » (il faut respecter la présomption d’innocence) de l’attentat de Boston (Etats-Unis) qui a fait ce lundi15 avril, 3 morts et 183 blessés (dont de nombreux resteront invalides) sont maintenant connus. Il s’agit de deux jeunes « réfugiés » tchétchènes, les frères Tamerlan et Djokhar Tsarnaev, dont l’un avait même obtenu la nationalité américaine. Ils sont décrits par leur père comme des « musulmans fervents ». Djokhar est également décrit comme totalement intégré dans la société américaine.

Djokhar a été arrêté hier soir, Tamerlan est mort la nuit précédente au cours d’une fusillade avec la police, alors qu’il était poursuivi après avoir tué un policier.

Avant que le FBI trouve puis révèle hier l’identité des suspects, de nombreux médias français nous ont « vendu » la piste d’extrême-droite. En évitant de mettre en évidence les éléments qui évoquaient une piste islamique, en particulier cibles civiles au hasard, cocottes-minute bourrées de clous et de roulements à billes.

Cela rappelle l’affaire Mohamed Merah, où TF1, France 2 et M6 donnèrent, avant qu’il soit arrêté,  le signalement un Blanc, blond, aux yeux bleus, alors qu’il opérait en scooter, la tête recouverte d’un casque de moto intégral, et où Le Canard Enchainé titra « Le tueur de Toulouse sent le nazi » !
A notre connaissance, pour l’instant, Nicolas Chapuis journaliste au Nouvel Obs, n’a pas encore tweeté « Putain je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi. », comme il l’avait fait (image en Une) quand il s’était avéré que le tueur de Toulouse était un musulman d’origine maghrébine.

Crédit photo : copie d’écran de Tweeter .

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.