Les Bretons ne mangent pas assez de pâté Hénaff

Les Bretons ne mangent pas assez de pâté Hénaff

19/04/2013 – 18h00
POULDEUZIC (NOVOpress Breizh) –
A coup sûr, le pâté Hénaff appartient à l’identité bretonne. Qui oserait contester cette évidence ne saurait revendiquer la qualité de « bon Breton ». Or l’entreprise de Pouldreuzic, dans le Pays bigouden, se trouve en ce moment dans une mauvaise passe.

En 2012, il s’est vendu 35 millions de boites de pâté Hénaff, mais ce chiffre marque un repli de 2,8% en volume et 4,8% en valeur. Les responsables de cette situation : la hausse des matières premières – les cours du porc ont progressé de 14 % en 2011, et de 11 % en 2012 -, la volonté de la grande distribution de tirer les prix vers le bas et la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.

« Les résultats de 2012 ne sont pas encore arrêtés, mais nous serons déficitaires », déplore Loïc Hénaff, le président du directoire de la société familiale. On se rassure en brandissant une récente étude Ipsos qui montre qu’un consommateur français sur deux connait la marque Hénaff. Mais ce n’est pas suffisant pour remonter le chiffre d’affaires (Les Echos, 29-30/03/2013).

D’autant plus que pour faire face aux difficultés présentes, l’entreprise a décidé de réduire ses efforts de communication. C’est le problème des PME dont la force de frappe publicitaire est insuffisante lorsque tout va bien et inexistante en période de crise. Tout le contraire des grands groupes qui peuvent continuer à bombarder le consommateur – téléspectateur de messages en tous temps et soutenir ainsi l’activité commerciale.

Aux Bretons donc de mettre les bouchées doubles pour sortir Hénaff de cette situation. Toujours à la pointe de l’innovation, le conserveur vient d’ailleurs de lancer une nouvelle ligne de produits, des viandes cuisinées bios en conserves. Une raison supplémentaire de consommer breton.

Crédit photo : Pymouss via Wikimedia (cc)