Quand les antifas font de la pub pour Génération identitaire

9 avril 2013 | Politique

09/04/2013 – 12h00
LILLE (NOVOpress) – Génération identitaire, mouvement de jeunesse s’adressant à des jeunes garçons et filles ayant soucis de défendre leur identité, s’implante un peu partout en France. Dans le Nord, après Lille en décembre 2012, le mouvement s’est étendu à Boulogne -sur-Mer en février, et à proximité de Bailleul samedi dernier, le 6 avril.

Cependant, ce quadrillage du territoire par Génération identitaire n’est pas du goût de tout le monde. Aussi, des groupes dits « antifascistes » tentent de s’organiser pour apporter leur opposition. Ces collectifs mettent en avant leur volonté de défendre le multiculturalisme, la diversité, etc., et disent combattre le « repli sur soi » et « la haine de l’autre ». L’on pourrait leur opposer leur méthodes quelque peu étonnantes, puisque ces personnes prétendant défendre l’ouverture d’esprit, n’agissent qu’en pointant du doigt, en caricaturant, et en cherchant à attiser la haine autour de la venue des Identitaires, tout en tentant de les empêcher de s’exprimer.

Dans ce genre d’affaire le plus intéressant, c’est surtout cette façon qu’ont ces groupes de servir la cause identitaire. En effet, l’on connaît cette habitude journalistique d’être à l’affût du croustillant. Or, quoi de moins intéressant qu’une réunion se déroulant sans le moindre heurt ou la moindre opposition ? Ces contre-manifestations orchestrées par les antifascistes ajoutent un peu de piment dans l’actualité régionale, et grâce à elles, un élément qui serait passé inaperçu prend tout son sens aux yeux de la presse !

Les Identitaires peuvent donc sans doute être reconnaissants à ceux qui se déclarent leurs ennemis, et qui leur font en définitive de la publicité…

Crédit photo : capture d’écran

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.