La démographie française, déjà en berne, est fragilisée par la remise en cause de la politique familiale

La démographie française, déjà en berne, est fragilisée par la remise en cause de la politique familiale

07/04/2013 – 18h30
PARIS (NOVOpress/Kiosque Courtois)
– Les chiffres de la démographie française 2012 sont tombés il y a quelques jours. Depuis les médias se félicitent de la supposée « belle santé » démographique de notre pays.

Quels sont ces chiffres ?

Avec 792.000 naissances en 2012, le nombre des naissances en France métropolitaine est resté stable. Le taux de fécondité féminin des résidents en France se maintiendrait à deux enfants par femme.

Il semble que les médias aient oublié de rappeler que ces chiffres sont essentiellement dus à l’immigration !

 C’est la réalité écrasante que les médias et les experts ne révèlent pas ! Contrairement aux photos de bébés blancs que l’on nous présente dans les journaux, sans la démographie importée d’Afrique noire et du Maghreb, le taux de fécondité tomberait à 1,6 enfant par femme.

C’est dans cette situation que le gouvernement cherche à saborder la politique familiale…

François Hollande a annoncé jeudi dernier la modulation des aides familiales selon les revenus, pour réaliser des économies. Une fois de plus ce sont les classes moyennes blanches et européennes qui sont visées.

C’est un contresens social et démographique : les allocations familiales ont pour vocation de maintenir le revenu par tête des familles avec enfants relativement à celles qui n’en ont pas.

Rappelons que le démographe Philippe Bourcier de Carbon a scientifiquement démontré l’importance dans le taux de fécondité, du maintien du revenu relatif  au sein d’une même catégorie socio-économique, entre personnes sans enfants ou très peu d’enfants et personnes avec suffisamment d’enfants pour renouveler les générations d’un peuple. Sans compter l’impact symbolique, supprimer les allocations familiales à certaines catégories cela veut dire, pour l’Etat vos enfants ne comptent pas.

Crédit photo : a4gpa, via Flickr (cc).