Bruxelles : négociations impossibles entre Serbie et Kosovo ?

Bruxelles : négociations impossibles entre Serbie et Kosovo ?

04/04/2013 – 10h00
BRUXELLES (NOVOpress) –
Les dirigeants serbes et « kosovars »n’ont pas réussi à s’entendre mardi à Bruxelles, pour conclure un accord sur la normalisation de leurs relations, en dépit des pressions de l’Union européenne. A l’issue de plus de douze heures de négociations, les deux Premiers ministres, le serbe Ivica Dacic et le « kosovar » Hashim Thaçi, ont abandonné celles-ci en pleine nuit.

Tout en qualifiant de « difficiles » les discussions, le leader serbe a affirmé être prêt à les poursuivre avec son homologue kosovar. « Nous avons encore du temps pour trouver une solution », a-t-il dit.

Catherine Ashton, Haute Représentante européenne et médiatrice des débats, a cependant indiqué qu’aucune nouvelle réunion n’était prévue. « Un certain nombre de propositions ont été mises sur la table. Le fossé entre les deux parties est très étroit, mais profond », a-t-elle reconnu.

Avant la réunion, les Serbes avaient exprimé un certain pessimisme sur la possibilité de s’entendre sur la question très sensible du nord du Kosovo, une région peuplée majoritairement de Serbes qui n’acceptent pas le contrôle de Pristina cinq ans après l’indépendance autoproclamée du Kosovo

Depuis celle-ci, en 2008, la minorité serbe rejette l’autorité de Pristina, et Belgrade réclame pour ces municipalités du nord du Kosovo une autonomie, y compris judiciaire et policière. Symbole de la confusion actuelle, la ville de Mitrovica où la Haute Cour applique toujours la législation serbe. « Quand les décisions judiciaires doivent être appliquées », dit son président Nikola Kabasic, « nous n’avons pas l’assistance de la police pour les faire appliquer si les parties impliquées ne le font pas volontairement. Nous manquons de moyens pour les faire appliquer. »

Le Kosovo de son côté, refuse d’aller aussi loin. Rappelons que ce dernier n’est toujours pas reconnu par une majorité d’Etats siégeant à l’ONU. Ayant déclaré son indépendance unilatéralement, bon nombre de ces pays considèrent cette proclamation comme une atteinte à l’intégrité du territoire serbe, et y voient un encouragement à l’expression de revendications territoriales sous le prétexte du communautarisme.

Julien Lemaire

Crédit photo : PavelD via Wikipédia (cc).