Vols de câbles dans le Morbihan : cinq "Roumains" condamnés

Vols de câbles dans le Morbihan : cinq “Roumains” condamnés

20/03/13 – 18h00
VANNES (NOVOpress Breizh) –
Cinq hommes de nationalité roumaine, appartenant à la communauté rom, ont été interpellés la semaine passée dans le Morbihan en flagrant délit de vol de câbles.  Jugés en procédure de comparution immédiate, ils ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Vannes à un an de prison ferme pour vols en réunion.

Alors que les vols de cuivre se multiplient dans la région – depuis un an et demi il y a eu 250 vols de câbles dans la région administrative des Pays-de-la-Loire, et 40 à 50 dans le Morbihan, selon Jacques le Compagnon, directeur d’Orange dans le Morbihan (FR3 Bretagne 19/03/2013) – cinq hommes appartenant à la communauté des Roms ont été interpellés par les forces de gendarmerie dans la nuit du 13 au 14 mars.

Les individus venaient de dérober la bagatelle de 3,5 kilomètres de câbles téléphoniques sur la route qui va de Brech à Landaul (Morbihan). Résultat : les habitants de ces deux villages sont privés de téléphone depuis une semaine, avec les conséquences que l’on peut imaginer pour les entreprises et les personnes isolées.

Poursuivis pour vol en réunion, les cinq prévenus ont été condamnés à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Vannes. Pour mémoire,  l’article 311-4 du Code pénal dispose que lorsque le vol est  commis « par plusieurs personnes agissant en qualité d’auteur ou de complice, sans qu’elles constituent une bande organisée » celui-ci est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende. Le vol en bande organisée est quant à lui puni de quinze ans de réclusion criminelle et de 150.000 euros d’amende (article 311-9 du Code pénal).

Lundi dernier, le Collectif National Droits de l’Homme Romeurope, la FNARS, la Fondation Abbé Pierre, Emmaüs France, ATD Quart-Monde, et l’Association des Cités du Secours Catholique ont adressé un courrier à Jean-Marc Ayrault pour « exprimer leur indignation face aux récentes déclarations du ministre de l’Intérieur annonçant la reprise des ‘démantèlements’  de bidonvilles au motif que leurs occupants refuseraient de s’insérer en France. »

Pour ces organisations, « la stigmatisation de ces familles particulièrement démunies par un membre de votre gouvernement, en attisant les réactions de rejet, est contraire aux valeurs de la République. Désigner une population par son origine ethnique est inacceptable et contraire aux principes de notre Constitution, c’est aussi méconnaître le fait que de nombreuses familles présentes dans les bidonvilles sont en France depuis longtemps, contrairement à l’idée véhiculée par le discours du ministre de l’Intérieur. Cette stigmatisation compromet par ailleurs gravement les perspectives d’intégration de ces personnes qui devraient disposer du libre accès au marché du travail dans notre pays. ». Concernant l’affaire des vols de câbles dans le Morbihan, le Collectif Romeurope n’a fait aucune déclaration.

Crédit photo : Crédit photo : jacme31 via Flickr (cc)