Mariage homosexuel : 61% des maires demandent la suspension du projet de loi

11/03/2013 – 14H00
PARIS (NOVOpress Breizh) – 61 % des maires demandent au Gouvernement de suspendre l’examen du projet de loi relatif au mariage homosexuel. C’est ce qui résulte d’un sondage réalisé par l’Ifop à la demande du collectif « Maires pour l’enfance ».

Selon les résultats de ce sondage publié le 24 février dernier, 61 % des maires interrogés demandent au gouvernement de suspendre l’examen du projet de loi pour laisser le temps au débat (dont 25% des maires qui sont favorables au projet de loi) ; seulement 19 % des maires sont tout à fait favorables au projet et 52 % des maires y sont opposés. Autre indication : 64 % des maires sont opposés à l’accès des couples de femme à la Procréation médicalement assistée (PMA).

Autre phénomène intéressant révélé par l’enquête de l’Ifop : la majorité présidentielle est divisée sur cette réforme sociétale : si 88 % des maires socialistes sont favorables au projet de loi – fidélité au parti oblige –, 58 % des maires divers gauche y sont opposés. Quant à la PMA, 75 % des maires socialistes y sont favorables contre seulement 39 % des maires divers gauche. Il est intéressant de noter que 36 % des maires de gauche souhaitent la suspension de l’examen du projet de loi, une  proportion qui s’élève à 45 % pour les maires divers gauche.

Autre enseignement de ce sondage, et non des moindres : les maires se souviendront de la position de leur sénateur lors des prochaines élections sénatoriales. Ce qui fait dire à Franck Meyer, porte-parole du Collectif des Maires pour l’Enfance : « Le gouvernement a commis une grave erreur en ne consultant pas les maires en amont et en refusant de lancer un vrai et large débat public sur le mariage, la famille et la filiation. Le projet de loi divise profondément les français. Mais c’est la majorité présidentielle qui est aussi largement partagée sur le sujetQuand on connaît les attentes profondes des français, on ne peut comprendre l’intérêt du gouvernement à poursuivre l’examen du projet de loi “Taubira”. Les Français seraient même soulagés si le président de la République acceptait de retirer ce texte. »

Crédit photo : DR