Italie : L’ami camerounais du curé le fait chanter avec une vidéo porno

Italie : L’ami camerounais du curé le fait chanter avec une vidéo porno

09/03/2013 – 14h00
RAVENNE (NOVOpress) –
Les immigrationnistes, c’est bien connu, se servent peu de leur tête. Mais est-ce au moins avec leur cœur qu’ils pensent, comme on le dit souvent ? Certains épisodes conduisent à s’interroger, par exemple cette affaire qui fait, depuis quelques jours, pas mal de bruit dans la ville de Ravenne.

Mercredi, les carabiniers ont arrêté un Camerounais de 34 ans – d’autres journaux disent 36 –, ancien plongeur dans un hôtel, actuellement sans emploi. Motif ? Chantage sur un prêtre de 81 ans, curé pendant cinq décennies d’une paroisse de la ville, à la retraite depuis octobre dernier, mais conservant « un rôle dirigeant au séminaire diocésain ».

Les carabiniers ont d’abord tenu l’affaire secrète, mais la comparution du Camerounais devant le tribunal, jeudi, en a révélé au moins les grandes lignes – certains détails varient selon les journaux. Le Camerounais et l’ecclésiastique se connaissaient depuis plusieurs années (l’immigré est arrivé à Ravenne il y a environ huit ans). Voici quelques jours, selon Il Resto del Carlino  – qui a l’art de la périphrase –, il aurait réclamé 5.000 euros à l’ecclésiastique « en le menaçant de divulguer le contenu d’un DVD dans lequel, aux dires de l’immigré, se trouverait un film relatif à des rapports particuliers entre eux deux ». D’autres prêtent au jeune Africain des termes plus directs  : « Donne-moi 5.000 euros ou je montre notre film de sexe ». L’ecclésiastique avait déjà versé des sommes importantes : 5 à 8.000 euros, voire « près de 20.000 euros au total ».

Le prêtre a, cette fois, porté plainte et les carabiniers ont monté une ambuscade. Le Camerounais a été arrêté à la sortie d’une église et les carabiniers ont trouvé sur lui les 5.000 euros en espèces que le prêtre venait de lui remettre. Une perquisition au domicile du Camerounais n’a pas permis de découvrir le DVD.

Selon l’avocat de l’immigré, il s’agit d’un malentendu. Son client avait effectivement demandé de l’argent à l’ecclésiastique, mais sans aucune intention de chantage. « Cette somme était destinée à faire venir en Italie sa fille de huit ans et à la faire opérer ». L’Africain n’en a pas moins été maintenu en détention.

Le diocèse de Ravenne a publié un communiqué selon lequel l’archevêché ignorait tout de l’affaire, qu’il aurait apprise par les médias. « Le prêtre, contacté directement » aurait assuré qu’il n’existait « aucun DVD et moins encore aucun épisode compromettant qui le concerne ». Il aurait simplement « donné à plusieurs reprises de l’argent à la personne arrêtée pour des motifs caritatifs ». Il aurait fini par porter plainte parce que « les demandes d’argent devenaient toujours plus pressantes, au point qu’il se sentait menacé par des pressions psychologiques que, compte tenu de son âge et de son état de santé, il ne parvenait plus à contrôler ». Le diocèse conclut en s’indignant que « une fois de plus, les mass media utilisent des affaires dans lesquelles les prêtres sont victimes pour discréditer la vie de l’Église ».