Bouches-du-Rhône/terrorisme : arrestation de deux « jeunes » voulant « passer à l’action »

08/03/2013 – 14h00
MARSEILLE (NOVOpress) – Deux « jeunes » agés de 18 et 20 ans, qualifiés de « potentiellement dangereux » ont été interpellés dans la matinée du jeudi 7 mars à Marignane (Bouches-du-Rhône) par la police antiterroriste, « prêts à passer à l’action » et à se « procurer et fabriquer des explosifs ». Les suspects ont été arrêtés à l’aube par les policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et placés en garde à vue.

Ils avaient récemment envoyé un mail de menace contre Barack Obama, dont on ignorait la teneur exacte, et manifesté leur intention de se procurer des armes ainsi que des explosifs de type TAPP. Selon La Provence, du peroxyde d’acétone, qui peut servir à la fabrication de bombes artisanales, et une arme de poing ont été découverts chez un des deux suspects, durant la perquisition.

Sur leur profil Facebook, a relevé la DCRI, ils s’étaient « mis en scène en djihadistes », des « armes à la main », et avaient « posté une vingtaine de vidéos djihadistes », a ajouté la source. Le domicile dans lequel ils ont été interpellés se situe dans un petit lotissement près de Marignane, à une vingtaine de kilomètres de Marseille. Sur le toit du pavillon, l’un des « jeunes » avait fièrement dressé un étendard islamiste…

« Il se contentait de regarder des vidéos sur Internet »
« Ce n’est pas un terroriste, il se contentait de regarder des vidéos sur Internet » depuis un an, a par ailleurs affirmé à une journaliste de l’AFP le frère d’un des deux interpellés, sans donner de précisions sur le contenu des vidéos qu’il postait de son propre chef. Il faisait juste ça « pour se faire montrer » (sic). Ne souhaitant pas livrer son nom, il a aussi ajouté que son père, qui vit aussi dans cette maison, « n’a rien à voir là-dedans ».

Selon les premiers témoignages des voisins, le principal suspect est décrit comme un « garçon à problèmes », « un peu dérangé » pour les uns, ou encore un petit « malfrat de quartier » pour les autres.

Détectés en novembre 2012
Une source judiciaire a déclaré que ces interpellations avaient eu lieu dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte fin février, pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes ».  Ils avaient été « détectés en novembre 2012 » selon la place Beauvau, « par des messages et consultations djihadistes sur Internet ».

« La découverte récente de la volonté de ces hommes de se procurer des éléments entrant dans la fabrication d’explosifs et de passer à l’action a conduit à leur interpellation », selon l’Intérieur.

Julien Lemaire

Crédit photo : SS&SS via Flickr (cc).