Chômage : mauvais résultats pour janvier, et pas d’amélioration prévue en 2013

Chômage : mauvais résultats pour janvier, et pas d’amélioration prévue en 2013

07/03/2013 – 12H00
RENNES (NOVOpress Breizh) –
Le nombre des demandeurs d’emplois a encore augmenté en janvier en France. Et en 2013, la situation ne devrait pas s’améliorer.

Bretagne

Maigre consolation pour les Bretons, l’augmentation du chômage en Bretagne a été plus faible qu’en France métropolitaine. Dans les cinq départements bretons au 1er février 190.838 demandeurs d’emploi en catégorie A (sans aucune activité) étaient inscrits à Pôle emploi.

Si dans la région administrative Bretagne, le nombre des demandeurs d’emploi en catégorie A (sans aucune activité) n’a augmenté que de 0,1% en janvier 2013, avec un total de 134.910, en Loire-Atlantique, la progression a été de +1,3% avec 55 928 inscrits à Pôle emploi. Pour les quatre autres départements bretons, le Morbihan a vu une progression de +0,9%, les Côtes-d’Armor de +0,3%, alors que le nombre des chômeurs de catégorie A du Finistère est resté inchangé et qu’une diminution de 0,4% a été enregistrée en Ille-et-Vilaine.

Sur une année, le chômage de catégorie A a progressé de 12,3 % dans les quatre départements de la région administrative Bretagne et de 10,7 % en Loire-Atlantique. Par ailleurs, si l’on intègre les catégories B et C (ayant eu une activité réduite au cours du mois), le nombre total de demandeurs d’emploi s’élevait fin janvier à 95.311 en Loire-Atlantique – un chiffre en progression de 9,3 % sur un an – et à 219.000 en région administrative Bretagne – une hausse annuelle de 12,4 %.

France métropolitaine

En France métropolitaine, pour le 21e mois d’affilée, le nombre de chômeurs a augmenté de 43.900 en catégorie A et de 60.800 pour les trois catégories A B et C. Résultat : la France compte désormais 3,17 millions de demandeurs d’emploi en catégorie A, à  seulement 26.200 du triste record de janvier 1997, qui devrait être dépassé dans un ou deux mois.

Comme d’habitude, ce sont les plus de 50 ans et les chômeurs de longue durée qui sont les plus touchés, avec des hausses respectivement de 1,5 et 1,9 %. L’allongement dramatique de la durée du chômage se traduit dans les chiffres : La France compte aujourd’hui 509.000 chômeurs depuis plus de trois ans (+18,5 % sur un an). Une situation qui ne devrait pas s’améliorer, les offres d’emplois proposées par Pôle emploi ayant parallèlement diminuées de  19,7% sur les douze derniers mois.

Avec une croissance nulle, l’année 2013 ne devrait pas être meilleure. L’Unedic prévoit en effet 235.000 chômeurs supplémentaires pour cette année, dont 185.000 en catégorie A, soit, selon Bruxelles, un taux de chômage de 10,7 % (contre 10,3 % mi-2012) et de 11 % en 2014. Et ce ne sont pas les fameux « contrats d’avenir », chers à François Hollande, qui devraient produire une amélioration. Sur les 100.000 contrats prévus, destinés essentiellement aux « jeunes » issus de l’immigration, seuls 8.000 ont été signés à ce jour.

Michel Sapin (photo), le ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social, semble encore espérer une inversion de la tendance. «Même avec une croissance plus faible que celle que nous escomptions, les politiques de l’emploi nous permettront d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année 2013», a déclaré Michel Sapin. Il est bien le seul à y croire.

Crédit photo : Matthieu Riegler/Wikimedia, cc.