Scène de Far-West à Nantes : la CGT dénonce une attaque de tramway opérée par des « jeunes »

Scène de Far-West à Nantes : la CGT dénonce une attaque de tramway opérée par des « jeunes »

03/03/2013 – 15h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
L’émotion est grande parmi le personnel des transports en commun de Nantes. Le 23 février dernier, en fin de journée, un tramway a été attaqué par une bande de « jeunes » à Bellevue, un quartier dit « sensible » de l’agglomération nantaise. Une première dans la région. C’est le syndicat CGT de la Semitan (Société d’économie mixte des transports de l’agglomération nantaise) qui a révélé cette affaire jusqu’ici, selon Ouest-France, « soigneusement passée sous silence ».

Alors qu’elle arrêtait la rame place des Lauriers, ce samedi vers 19h30, la conductrice a eu la peur de sa vie. Une bande de « jeunes » armés de fumigènes et de barres de fer, qui avaient barré la voie à l’aide de poubelles et de containers, ont tenté de forcer les portes du tramway. Heureusement, une équipe dite de « prévention » de la Semitan est intervenue rapidement. Un véhicule a été caillassé. Lorsque les forces de police sont enfin arrivées, les « jeunes » avaient disparu. Trois véhicules de CRS ont du stationner sur place toute la nuit. Une plaine a été déposée.

La CGT a demandé à rencontrer le préfet afin de mieux connaître les mesures prises par la police pour assurer la sécurité dans les transports en commun. Selon Ouest-France, le délégué de ce syndicat, Ronan Gilbert, déplore en effet « une remontée des tensions et insultes ». Cette démarche, venant d’un syndicat dont la hiérarchie a toujours défendu la politique d’immigration et la régularisation des clandestins, traduit bien les graves difficultés rencontrées par les employés des transports en commun, en première ligne pour subir au quotidien les agressions des bandes de « jeunes » – les dommages collatéraux, en quelque sorte, de la politique soutenue par l’oligarchie syndicale.

Les “jeunes” de Nantes sont quand mêmes encore petits joueurs : ils n’arrêtent pas encore en pleine voie, comme par exemple les “jeunes” de Marseille, les TGV et les TER pour les attaquer, et les trains de marchandises pour les dévaliser.

Crédit photo : Médéric Boquien/Wikimedia,cc.