Emballement politico médiatique autour de la disparition de Stéphane Hessel

Emballement politico médiatique autour de la disparition de Stéphane Hessel

01/03/2013 – 20h00
 PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – De nombreuses personnalités ont signé une pétition pour demander que les cendres de Stéphane Hessel (photo à coté de François Hollande) reposent au Panthéon

Ainsi d’Eva Joly, des historiens Pascal Blanchard et François Durepaire ou encore de l’ex‑maire UMP de Versailles Etienne Pinte. Mélenchon soi‑même a déclaré ne pas être en reste sur cette proposition, soulignant hier, je cite : « Le Panthéon de la République peut nous permettre de mettre en scène (sic !) cet homme et à travers lui le comité (resic !) national pour la résistance ».

Stéphane Hessel fait donc consensus pour tous les immigrationnistes, de l’extrême gauche à la pseudo‑droite

Comme le disait Eric Zemmour dans une de ses chroniques de janvier 2011 : « Indignez‑vous, vous dit Papy Hessel ! Contre les méchants policiers et les très méchants ministres de l’Intérieur qui osent arrêter les gentils sans‑papiers venus du monde entier travailler pour un salaire de misère dans les cuisines des bons restaurants parisiens, où se retrouvent… les amis indignés de Papy Hessel. » Hessel est l’exemple archétypal de cette alliance décomplexée de la grande bourgeoisie cosmopolite et de la pensée gauchiste des salles de rédaction, une alliance qui est la quintessence de la « Tyrannie médiatique », selon Jean‑Yves Le Gallou, auteur du livre éponyme.

Mais le Crif n’a semble‑t‑il, pas apprécié les sorties férocement anti‑israéliennes de Stéphane Hessel

Et pour sa part, la Ligue de défense juive s’est carrément réjouie de la mort du vrai‑faux co‑auteur de la Déclaration des droits de l’homme, invitant même les internautes, sur sa page d’accueil, à… sabler le champagne !

Un autre détail, qui est passé en grande partie inaperçu :

Dans un entretien donné, en 2011 au Frankfurter Allgemeine, l’ancien résistant et déporté déclarait : « L’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. » En 2005, Jean‑Marie Le Pen déclarait à notre confrère Rivarol : « En France du moins, l’Occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine, même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés ». Des propos qui, quant à eux, n’ont valu au président Le Pen aucune promesse de panthéonisation, mais une condamnation pour « contestation de crime contre l’humanité »

Crédit photo : Jean-Marc Ayrault, via Flickr (cc).