"Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la République romaine" de David Engels

“Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la République romaine” de David Engels

21/02/2013 – 12h00
BRUXELLES (NOVOpress Breizh) – Professeur d’histoire du monde romain à l’Université Libre de Bruxelles, David Engels vient de publier aux éditions du Toucan Le Déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la République romaine. Une réflexion passionnante sur la crise du monde romain à la fin de la République et la situation actuelle de l’Europe en ce début de XXIème siècle.

La République romaine a duré de la fin du VIème siècle av. J.-C. au début du règne d’Octave (27 av. J.-C.). Au début du Ier siècle av. J.-C., note l’auteur, Rome a dû affronter des crises structurelles graves, d’ordre tout à la fois politique, économique et culturel. Cette période de l’histoire romaine où un Etat républicain va muter en Etat autoritaire présente, pour l’historien, de troublantes ressemblances avec notre époque.

Aujourd’hui en effet, remarque David Engels « l’Union européenne est en crise, une crise non seulement économique et institutionnelle mais aussi identitaire. Et les années à venir seront décisives pour sa survie en tant qu’acteur politique majeur. » Parler de « crise identitaire » de l’Europe, c’est évoquer automatiquement ses racines culturelles et religieuses.

Or, dans le cas de l’Union européenne, avoir les idées claires, affirme l’historien, exige de remonter un passé plus que millénaire. C’est dans cette perspective que son livre s’inscrit en analysant l’importance de la République romaine tardive pour l’identité européenne du XXIème siècle. Engels compare en effet systématiquement, à l’aide de douze indicateurs, divers aspects de la construction de l’identité collective de l’Union européenne avec des symptômes de crise relevés lors des derniers moments de la République romaine..

Plus facile d’accès que la grande étude d’Oswald Spengler (Le Déclin de l’Occident, Gallimard), cette comparaison se révèle stupéfiante et renferme certaines clés importantes pour comprendre de nombreux problèmes actuels. Certes, David Engels ne cache pas ce qu’il appelle son « pessimisme ». Mais, fait-il remarquer, « il y a des époques dans l’histoire humaine où tout optimisme n’est que lâcheté et aveuglement irresponsable ». Dans son cas, om parlera plutôt de lucidité.

« Je pense à ces nombreux Européens qui vivent aujourd’hui la crise d’un système économique, politique et social qui les écrase. J’ose espérer que cet ouvrage pourra apporter un semblant de sens à leurs souffrances quotidiennes », écrit l’auteur dans sa préface. Confrontés à un « nouveau choc de l’histoire » (D. Venner) les Européens devront trouver des réponses neuves. Avec cet essai, David Engels apporte à tous ceux que l’avenir de l’Europe concerne, la contribution majeure d’un historien émérite. A lire absolument.

Le Déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la République romaine, de David Engels, éditions du Toucan, 384 pages, 20 euros.