Moldavie : un fait divers débouche sur une crise politique

Moldavie : un fait divers débouche sur une crise politique

18/02/2013 – 19h00
CHISINAU (NOVOpress) – En décembre 2012, une partie de chasse a été organisée dans la Forêt royale en Moldavie. Un homme a été abattu, sans doute par accident, et cette affaire a été étouffée pendant trois semaines avant qu’elle n’éclabousse l’Alliance pour l’intégration européenne – au pouvoir à Chisinau – composée de tous les partis non-communistes présents à l’Assemblée : le Parti démocrate (PDM), le Parti libéral-démocrate (PLDM) et le Parti libéral.

L’homme accusé d’avoir tiré le coup de feu est le procureur général Valeriu Zubco, protégé de l’oligarque du Parti démocrate, Vladimir Plahotniuc (ci-dessus) – premier vice-pésident du Parlement moldave, qui est connu pour « tenir » beaucoup de hauts magistrats dans sa main. Zubco a été accusé d’avoir essayé d’enterrer l’affaire, mais en réalité, à travers lui, c’est Plahotniuc qu’on cherche à atteindre. Il faut rappeler que Plahotniuc est parfois surnommé le « Berlusconi » moldave puisqu’il a acheté de nombreuses chaines de télévisions et de radios.

L’accident de chasse s’est transformé en lutte politique entre Plahotniuc et le PDM d’un coté, et Filat – premier Ministre et président du PLDM – de l’autre, les seconds essayant d’évincer et de tuer politiquement leurs alliés gouvernementaux. C’est donc une guerre politique qui s’est ouverte entre les deux hommes forts de la coalition au pouvoir sur fond de lutte contre la corruption. Le PDM, à travers notamment Marian Lupu – le président du Parlement -, a contre-attaqué en accusant Filat d’avoir profité du renflouement de la banque moldave de sauvetage par l’intermédiaire de sa femme. Il semble de moins en moins évident que l’Alliance au pouvoir survivra à ces terribles coups de boutoir.

Mercredi 13 février, Vlad Filat, dans son « discours à la Nation » a dénoncé, sans toutefois le nommé, Vladimir Plahotniuc de façon très violente en le qualifiant de « personne obscure qui s’est acheté une place en politique et qui veut dorénavant acheter un pays » et parlant même de la Moldavie « comme d’un champ de bataille où il y a d’un coté une armée bien équipé grâce à des structures officielles soumises aux intérêts personnels, comme le Conseil national de l’anticorruption, des procureurs, des chaînes de télévisions qui agissent sous commandement ». Filat, outre ses attaques, annonce également que son parti se retire de l’Alliance et veut renégocier l’arrangement qui lie les trois partis de l’AIE.

Il y a cependant eu un coup de théâtre vendredi 15 février, lorsque Plahotniuc a annoncé démissionner de son poste de vice-président du Parlement car selon lui, l’AIE n’existait plus, mais les députés communistes et du PLDM avaient déjà voté une loi supprimant ce poste. Toutefois, il a conseillé au Premier ministre de démissionné à son tour, s’il en avait le courage.

Le même jour, la Commission d’enquête sur l’accident de chasse a rendu son rapport et a conseillé au Parlement de démettre de leurs fonctions toutes les personnes publiques ayant participé à cette partie de chasse et l’Assemblée l’a approuvé à l’unanimité.

Et ultime rebondissement aujourd’hui, la presse moldave fait part d’enregistrement du Premier ministre demandant au président de la Commission anticorruption d’arrêter ses enquêtes sur certaines entreprises.

Le Parti libéral apparaît de plus en plus comme étant l’arbitre de cette bataille, et il semble qu’il penche du coté du Parti Démocrate ce qui peut sembler étonnant lorsqu’on connaît l’anticommunisme des Libéraux, alors que le PDM est composé de dissidents du Parti communiste.

On ne sait pas encore ce qu’il adviendra de la coalition au pouvoir mais les négociations de l’ombre qui vont s’ouvrir entre les partis vont être plus tendues que jamais, car ils doivent parvenir à un accord afin de gouverner, puisqu’aucun d’entre eux ne veut être au gouvernement sans avoir une majorité au Parlement. Mais ils doivent également éviter d’avoir à organiser des élections anticipées qui seront forcément défavorables aux partis de l’Alliance tant leur image est dégradée dans une opinion publique qui pourrait, par défaut, se tourner vers les communistes.

Crédit photo : Vlad Plahotniuc via Wikipédia (cc).
Voir aussi : http://criticusleblog.blogspot.be/2009/07/moldavie-une-nouvelle-poudriere.html