Nantes : un chômeur en fin de droits s’immole par le feu devant l’agence Pôle Emploi

Nantes : un chômeur en fin de droits s’immole par le feu devant l’agence Pôle Emploi

13/02/2013 – 20h30
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Un chômeur en fin de droit d’indemnisation, âgé de 43 ans, a mis fin à ses jours aujourd’hui à Nantes en s’immolant par le feu devant l’agence Pôle Emploi dont il dépendait. Un drame qui pose une fois de plus le problème du traitement des conséquences du chômage et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi.

L’homme avait pourtant informé lundi dernier par courriel plusieurs organes de la presse locale de son intention de s’immoler par le feu dans la semaine devant l’agence Pôle emploi de Nantes-Est, afin de protester contre le rejet de son dossier alors qu’il estimait avoir travaillé suffisamment d’heures.

Selon Valérie Hoingne déléguée régionale SNU chez Pole emploi, « il avait fait part de ses intentions de se donner la mort et cette menace avait été prise très au sérieuse par Pole emploi. La direction régionale avait mis en place tout l’accompagnement inhérent à ces situations » (Ouest-France, 13/02/2013).

Le nombre de chômeurs de catégorie A s’élevait fin décembre à 3.132.900 personnes en métropole dont 700.000 seniors. La proportion de chômeurs de longue durée (plus d’un an)  a continué de progresser, avec 1,96 million d’inscrits exerçant ou non une activité réduite (39,2%). Du jamais vu.

On sait que François Hollande a réaffirmé à plusieurs reprises sa volonté d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année 2013. « Nous n’y parviendrons pas simplement avec les moyens de la croissance, pourtant indispensable, nous avons à mobiliser toutes nos forces pour atteindre cet objectif », a-t-il rappelé encore lors d’un déplacement à Lille le 25 janvier dernier.

Force est pourtant de constater que ces derniers temps les forces du gouvernement ont été essentiellement consacrées – si l’on excepte le conflit au Mali – à la loi sur le « mariage pour tous », une question « sociétale » jugée prioritaire par le gouvernement. Le traitement des conséquences du chômage, lui, attendra.

Crédit photo : Lulu97417 via Wikipédia, licence cc.