Casapound Italie : les charges s’effondrent dans « l’affaire de Naples »

Casapound Italie : les charges s’effondrent dans « l’affaire de Naples »

08/02/13 – 18h30
NAPLES (NOVOpress)
– Comme prévu, la large et très médiatique opération juridico-policière menée contre des militants et ex-militants de Casapound Italia est en train de se dégonfler comme une baudruche trouée.

Déjà la police napolitaine avait dû admettre que les prétendues « armes » découvertes au cours des perquisitions (près de 40 !) étaient en fait des « jouets », reproductions enfantines d’armes de poings.

Confronté à la disproportion flagrante des moyens mis en œuvre et des éléments de « preuve » excipés, le juge d’instruction a dû abandonner les accusations « d’association subversive » et de « bande armée » qui pesaient sur les jeunes militants. Cet abandon des principales charges a entrainé la libération de Giuseppe Savuto, candidat de Casapound Italia à Naples, néanmoins maintenu aux « arrêts domiciliaires ».

Cette décision du juge représente, selon Casapound Italia, « une véritable pierre tombale posée sur l’ensemble de cette affaire instrumentalisée ».

« Après la reconnaissance par le juge d’instruction de l’inexistence d’une « hypothèse terroriste », la justice reconnaît la validité de toute la ligne de nos arguments et l’incohérence totale de ceux du procureur voulant démontrer à toutes forces l’existence d’une association qui cherche à renverser la loi de l’État, mais qui se présente démocratiquement aux élections et d’un gang armé qui agirait sans armes. » ont ajouté les représentants nationaux de Casapound Italia.

Malheureusement, malgré cette déroute judiciaire, l’opération politico-médiatique de diffamation et de déstabilisation d’un groupe politique dissident aura néanmoins fonctionné, journaux, radios et télévisions, qui s’étaient déchainés pour évoquer les accusations portées et salir la réputation des jeunes militants napolitains, se montrant extrêmement discrets sur les suites et la réalité de « l’affaire ».