Les Blancs minoritaires avant 2014 en Californie

Les Blancs minoritaires avant 2014 en Californie

Manifestation de Latinos. Crédit photo : DR

08/02/2013 – 12h00
SACRAMENTO (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Vision apologétique du métissage, course effrénée vers toujours plus de régularisation d’immigrés clandestins, natalité galopante des familles immigrées telles sont les principaux ingrédients du changement de visage de l’Amérique d’Obama telle que voulue par l’oligarchie mondialiste.

Après le Nouveau-Mexique où les Blancs sont devenus minoritaires en 2010 et en attendant le tour du Texas prévu pour 2020, le plus riche des Etats, la Californie, assistera lui aussi à un véritable bouleversement démographique qui devrait se concrétiser à l’été 2013. Les Latinos feront en effet jeu égal avec les Blancs en juillet (39% chacun devant les Asiatiques 13% et les Noirs 6%) pour ensuite devenir majoritaires à partir de l’automne prochain. Une substitution de population qui ne suscite guère d’inquiétudes parmi la classe politique.

En atteste la position affichée par le gouverneur démocrate Jerry Brown faisant part de son « optimisme »  en légitimant « ce bouleversement social » comme le nécessaire remède, usé jusqu’à la corde, des problèmes de vieillissement des  baby boomers. Il a toutefois souligné la « nécessité d’adapter » assez rapidement les infrastructures de l’Etat, notamment les écoles publiques où la moitié des élèves sont déjà Latinos. Une adaptation d’envergure si l’on en croit les mots de Mark Hugo López, directeur adjoint du centre de recherche Pew Hispanique, pour qui « La Californie c’est à quoi ressemblera le futur des Etats-Unis en termes démographiques »…

Mais ce changement démographique constitue surtout une aubaine dans les urnes pour le camp Démocrate. Avec six millions d’électeurs hispaniques, la Californie recense le plus grand réservoir de votants appartenant à cette communauté. Un véritable piège électoral pour les Républicains incapables de reconquérir des villes comme Sacramento et ce depuis l’époque de Ronald Reagan.

Si les Chicanos voient dans ces mutations une certaine ironie de l’histoire, parlant même de reconquista suite à l’annexion de plusieurs Etats mexicains par les Etats-Unis, les Européens qui ont toujours les yeux rivés sur ce qui se produit outre-Atlantique feraient bien de méditer cette page de l’histoire américaine.