[Tribune libre] L’Europe de la Défense sera continentale ou ne sera pas ! - par Marc Rousset

[Tribune libre] L’Europe de la Défense sera continentale ou ne sera pas ! – par Marc Rousset

Logo du Corps européen de Défense, créé le 22 mai 1992 à l’initiative de François Mitterand et d’Helmut Kohl. Crédit photo : Eurocorps.

05/02/2013 -16h15
PARIS (NOVOpress) – Accaparés depuis plus de trois ans par la crise de l’euro, les dirigeants de l’Union européenne (UE )ont voulu montrer lors du dernier sommet européen en décembre 2012 qu’ils avaient aussi d’autres ambitions. Ils ont ainsi décidé de relancer le débat sur la défense européenne, à laquelle ils consacreront un sommet fin 2013. Au-delà de la dimension politique, il s’agit surtout de renforcer la coopération en faisant des économies à l’heure des restrictions budgétaires. Mais ce n’est là que le petit côté de la lorgnette cher aux technocrates et aux incapables droit de l’hommistes, libre-échangistes et immigrationnistes qui nous dirigent ! Il manque à l’Europe de la Défense une vision gaullienne à long terme, une vision stratégique !

Il faut quitter l’OTAN alors qu’aucun pays européen n’est véritablement prêt à l’envisager !
La triste réalité, c’est que nous sommes revenus à l’ère pré-gaullienne ! Il ne se trouve aujourd’hui aucun pays en Europe pour envisager un format exclusivement européen dans le domaine de la défense mutuelle. Principal partenaire et allié de la France à l’intérieur de l’UE, l’Allemagne est sur une ligne d’affirmation géo-économique. Elle néglige les questions militaires avec un budget ridicule de la défense (1,3% du PIB) et privilégie l’appartenance à l’OTAN qui lui permet de contrebalancer son partenariat commercial et énergétique avec la Russie. L’UE constitue un vaste et distendu Commonwealth paneuropéen dont on peine à imaginer la transformation en une unité politico-militaire. La construction européenne a d’autres priorités que les questions de défense (1).

La dissolution de l’OTAN mettrait cependant l’Europe devant ses responsabilités, suite à la nécessité de constituer une défense crédible avec un niveau plus ou moins grand d’intégration.IL faudrait commencer par mettre en commun tout ce que l’on peut sans perdre son autonomie de décision puis, ensuite, aller vers des regroupements industriels ou nationaux. Mais tant que l’OTAN existera, rien ne se passera et l’Europe restera une vassale des Etats-Unis.

Par ailleurs, la Russie considère l’OTAN comme une menace et sa dissolution permettrait un rapprochement avec ce pays dont la place est maintenant dans le concert européen tant nous avons d’intérêts économiques et politiques communs (2).

Une Défense française qui part à vau-l’eau avec un budget en peau de chagrin
Lors de son audition le 11 Juillet 2012 devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état -major des Armées, a souligné que la Force océane stratégique (FOST) est mise en œuvre par 3.200 marins(effectif équivalent à celui des agents municipaux d’une ville comme Montpellier). L’effectif de l’armée de l’Air est équivalent à celui de la RATP. Le Groupe PSA pèse en effectifs deux fois plus que l’armée de terre. L’Allemagne consacre à la défense un budget comparable alors qu’elle ne dispose pas de dissuasion nucléaire et qu’elle est moins impliquée que la France sur la scène internationale. L’armée britannique, armée jumelle de la France, dispose d’un budget supérieur de 40%.

A l’époque du général De Gaulle, le budget de la Défense représentait près de 5% de la richesse nationale ; le budget de l’Etat était en équilibre et les dettes contractées pendant et après la guerre en cours de remboursement. Avec une part du PIB de 1,6% consacrée à la Défense, soit 10% du budget de l’Etat, la France a divisé par 3 son effort de défense depuis 50 ans. Les intérêts de la dette qui n’ont cessé de gonfler depuis 35 ans, malgré des taux nominaux anormalement bas, représentent une fois et demie le budget de la Défense !

Jamais l’Armée française n’aura connu un volume de forces aussi faible dans son histoire depuis la Révolution. Le budget de la Défense devient une variable annuelle d’ajustement alors qu’il importe d’avoir une vision cohérente à long terme. On assiste en fait à un effondrement radical des moyens matériels et humains ; un démantèlement est en cours. Les politiques de l’UMPS savent qu’ils n’ont pas de syndicats à affronter, de grève à craindre d’un corps où la discipline et le sens de la mission priment sur tout. Le moral est en chute libre comme l’atteste la diminution des renouvellements de contrat. Voilà plus de soixante ans, le général De Gaulle avertissait déjà dans un discours fameux : « La Défense ? C’est la première raison d’être de l’Etat. Il ne peut y manquer sans se détruire lui-même ! » La France se doit cependant de concevoir une force militaire plurivalente pouvant s’opposer à des menaces polymorphes et à un ennemi protéiforme.

Dès les premiers jours de l’intervention française au Mali apparaissent les insuffisances de nos armées en moyens de transport, ravitaillement, matériel (Transall pour acheminer les troupes à bout de souffle, 2 drones Harfang en bout de course après 3 ans de service et 5.000 heures de vol en Afghanistan….). Paris a dû demander l’aide des Etats-Unis et de ses partenaires européens, comme cela avait été déjà le cas en Libye. La France, au-delà des rodomontades de François Hollande, est incapable d’intervenir d’une façon sérieuse en Syrie, car elle n’en a pas les moyens militaires. L’Armée française devient de plus en plus une équipe de démonstration de vente de matériel militaire à l’exportation sur échantillons. Berlin fait comprendre à Paris que l’ «on ne peut pas voyager éternellement en 1ère classe avec un billet de seconde » !

Si nous ne voulons pas aller droit dans le mur, ce n’est pas 30 milliards d’impôts en plus par an qu’il fallait lever sur les ménages, mais réaliser 160 milliards de diminution des dépenses publiques (2 millions de fonctionnaires en trop par rapport à l’Allemagne), tout en augmentant le budget et les effectifs des armées !

Il faut sauver l’industrie française technologique de l’armement
Il n’y a pas de défense sans industries de défense. La France possède une industrie capable de fabriquer l’ensemble de ses armements et matériels, soit 4.000 entreprises de haute technologie qui exportent annuellement pour 6 milliards d’euros : programme Scorpion de modernisation de l’armée de terre, poursuite du déploiement de Félin, tenue haute technologie du fantassin, drones, missiles de moyenne portée, hélicoptères, etc. Thalès, dont Dassault Aviation est l’actionnaire de référence au côté de l’Etat, est devenu le pivot de l’industrie militaire française en montant de 25 % à 35 % au capital de DCNS (porte-avions, sous-marins, frégates, leader européen du naval militaire).

Les Etats-Unis, tout en s’appuyant davantage sur les budgets européens à l’OTAN, souhaitent conserver pour eux le rôle central, en tant que maîtres des fonctions « hautes » (puissance aérienne, défense antimissile) dont dépendront toutes les autres, celles des « niches » ; ce qui remettrait en cause l’autonomie stratégique de la France et de l’Europe.

On ne peut donc que se réjouir du succès du drone de combat Neuron en décembre 2012, conçu par Dassault Aviation en coopération avec six industriels européens. C’est le premier avion de combat furtif qui préserve l’autonomie européenne dans ce domaine. Neuron est le plus important programme de recherche et de technologie européens sous la direction d’un unique maître d’œuvre.

Même pour les souverainistes purs et durs, l’Europe de la Défense est incontournable
En 15 ans, la part des dépenses militaires de l’Europe dans le monde est passée de 31 % à 19 %, pendant que les Etats-Unis continuaient à représenter 44 % de ceux de la planète et que les pays émergents montaient en puissance à une vitesse impressionnante, notamment dans le domaine naval. L’Europe ne consacre plus que 1,6 % de son PIB à sa défense contre 5 % pour les Etats-Unis. En 2011, les dépenses militaires sont tombées dans l’UE à environ 180 milliards d’euros contre plus de 200 milliards il y a cinq ans. En 2011, les dépenses militaires des Etats-Unis ont été de 739 milliards de dollars, celles de la Chine de 90 milliards de dollars, celles du Royaume-Uni de 63 milliards de dollars, celles de la France de 59 milliards de dollars. Quant à la soi -disant puissance impérialiste russe , son budget était seulement de 53 milliards de dollars, c’est-à-dire un quinzième du budget de l’Amérique, et la pacifique Allemagne ferme le ban avec un budget de seulement 44 milliards de dollars. Une coopération des pays européens pour survivre s’impose donc.

L’Europe constitue encore un marché important pour l’industrie de l’armement. La concurrence actuelle pour le marché de l’avion multi-rôles profite exclusivement à l’industrie américaine. IL faudrait une véritable Agence européenne de l’armement. Les militaires des différents pays devraient apprendre à travailler ensemble sans la tutelle américaine. Survivre ensemble ou disparaître séparément, tel est le dilemme !

Le groupement français de PME Eden qui se présente comme le premier cluster de défense, de sécurité et de sûreté à vocation européenne a signé le 12 juin 2012 une convention avec Renault Trucks Défense, son parrain à l’exportation. Parallèlement, Eden a noué une alliance avec un cluster qui lui ressemble, l’allemand GSV, basé à Düsseldorf qui, a lui, pour parrain le géant allemand du matériel terrestre Rheinmetall.

Pour la première fois, la Corée a vendu en 2011 un sous-marin à l’Indonésie. Les Européens en ordre dispersé sont contraints aux alliances. Pour les sous-marins l’allié naturel du français DCNS est l’allemand TKMS. Pour les bâtiments de surface, le jeu est plus ouvert avec l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne.

L’armement terrestre européen est très émietté ; il compte dix acteurs, dont trois en France : Nexter, Panhard et Renault Trucks Défense (Groupe Volvo). Des alliances et regroupements vont donc bientôt s’effectuer par le biais de Thales, EADS et Rheinmetall. Troisième exportateur mondial d’armement en 2011 grâce à l’exportation de ses blindés Leopard, l’Allemagne cultive de grandes ambitions dans le secteur des drones où elle voudrait jouer un rôle de leader.

L’Europe de la Défense sera continentale ou ne sera pas
Après la monnaie, l’Europe doit s’attaquer aux problèmes de l’énergie, des institutions, de la défense. Tant qu’il n’y aura pas d’union politique, totale ou partielle, l’organisation d’une défense européenne intégrée n’est pas envisageable. L’opération Atalante qui regroupe un certain nombre de bateaux de l’Union pour la lutte contre la piraterie montre que les moyens de plusieurs pays européens peuvent être mis en commun efficacement.

Le véritable projet mobilisateur, plus qu’un souverainisme étroit, irréaliste, enfantin, nous parait être celui d’une Europe carolingienne qui se libérerait du protectorat de l’OTAN et des Etats-Unis ! C’est ce que souhaite l’Allemagne à très long terme avec un noyau dur de pays européens prêts à franchir le pas ; elle ne fait que reprendre à sa façon, avec une Europe à plusieurs vitesses, le projet gaullien.

Contrairement aux apparences, l’échec de la fusion EADS/BAE n’est pas une catastrophe pour l’Europe de la Défense ! BAE souhaitait en fait écouler tout son matériel conçu pour le marché américain au détriment des principaux programmes de défense français et surtout allemand (Cassidian). Le paradoxe, comme le remarque Alexandre Adler (3), est que c’est Berlin qui aura opposé en définitive à cette ultime ambition britannique sur le Continent, un nein, certes très allemand dans la forme peu enveloppée, mais très gaullien sur le fonds substantiel. Il s’agit en fait de maintenir coûte que coûte EADS comme le cœur technologique d’un projet de défense européenne indépendante.

L’attitude nouvelle de l’Angleterre est une chance pour l’Europe continentale de la Défense
L’Angleterre a rejoint la CEE afin d’empêcher de l’intérieur la construction d’une « Europe puissance ». C’est d’ailleurs ce qu’ont fait depuis avec brio, accords de Saint-Malo inclus, tous les gouvernements britanniques successifs. Plus l’Europe se rapproche d’une quelconque unité, plus la Grande-Bretagne cherche à s’en détacher. Il n’est pas impossible, même si cela est peu probable que, suite à un référendum, l’Angleterre quitte l’Union Européenne. 50 % des Britanniques disent vouloir quitter l’UE. Le Royaume-Uni, d’instinct, comme l’avait déjà fait remarquer Winston Churchill avec l’appel du Grand Large, préfère penser global plutôt européen.

L’élément nouveau, c’est que l’Angleterre eurosceptique accepte la naissance d’un fédéralisme européen à base franco-allemande et donc la création d’une Europe à deux vitesses. La perfide Albion maintiendrait certaines positions mais cesserait de paralyser les efforts des autres. « Nous n’entendons pas nous opposer à une intégration politique plus poussée des pays de la zone euro qu’exige la solution à la crise », a pu même dire le ministre des Finances britannique George Osborne.

Rien n’empêchera cependant de continuer d’envisager à terme une coopération militaire pragmatique, au cas par cas, avec l’Angleterre qui sera prise à terme entre le marteau des Etats -Unis et l’enclume de l’Europe continentale carolingienne. C’est dans ce contexte que Jean-Yves Le Drian et son homologue britannique Philip Hammond, ont signé en 2012 deux importants accords cadres qui concernent les drones.

Le premier porte sur un contrat d’études de 13 millions d’euros attribué à BAE Systems et Dassault Aviation pour lancer les premiers travaux du Système de combat aérien du futur (Scaf) à l’horizon 2030. BAE avec son Taranis tout comme Dassault Aviation avec le Neuron ont déjà acquis un précieux savoir-faire. Le second accord est un prélude à la constitution d’une task force franco-britannique dans les drones tactiques aux alentours de 2014-2015. L’armée de terre française qui doit remplacer ses drones Sperwear, testera pendant un an le Watchkeeper, un drone de reconnaissance développé par le français Thales pour l’armée britannique.

Alliance continentale avec la Russie et renégociation du Traité de l’Alliance atlantique après le retrait des pays européens de l’OTAN
Une révolution culturelle de type gaullien s’imposera un jour en matière militaire à l’Europe ! La Russie est le chien de garde de l’Europe à l’Est face à la Chine et au danger islamique dans le Caucase et en Asie Centrale. En soutenant des mouvements de contestation internes, l’Europe valet des Etats-Unis joue contre son propre camp. Ni la Sainte Russie ni son Président ne représentent un quelconque danger pour l’Europe. La France et l’Allemagne doivent s’opposer avec force au sein de l’OTAN au système de défense anti-missile, arme anti-russe de Washington.

Vladimir Poutine a annoncé que la Russie consacrerait 600 milliards d’euros à l’industrie de défense dans les dix ans à venir. Après l’humiliation de la désagrégation générale du pays à l’ère Eltsine, Poutine rend aux Russes leur fierté de citoyens d’un grand pays. La Russie s’oppose à un universalisme (jus gentium) qui fournit des prétextes intéressés à l’interventionnisme occidental, ne respecte pas le droit souverain des nations (jus intergentes) et attise les conflits plus qu’il ne les apaise. Même s’il représentera environ un dixième du budget militaire des Etats-Unis et la moitié de celui de la Chine, le budget militaire de la Russie devrait s’élever à 54 milliards d’euros en 2013 , contre 47 pour la France et la Grande-Bretagne et seulement 35 milliards d’euros pour l’Allemagne.

Si le Kremlin a gagné en Tchétchénie et plus récemment en Géorgie, il le doit surtout à la vaillance de ses soldats qui a permis de compenser un profond retard technologique. La Chine n’a pas oublié qu’un territoire vaste comme deux fois la France, le Primorié et le sud du Kraï de Khabarovsk , lui appartenait jusqu’aux fameux traités inégaux de 1858-1860. Et Moscou n’en a pas fini avec le fondamentalisme sunnite d’Asie Centrale et du Caucase, le retour probable des Talibans après la défaite inéluctable de l’OTAN et des Etats-Unis en Afghanistan, attentats suicide. Comme disait Trotsky : « La guerre ne vous intéresse peut-être pas, mais elle s’intéresse à vous » (4).

Une Europe carolingienne devrait donc envisager une alliance militaire et non plus seulement une simple coopération industrielle, énergétique avec la Russie. La présente coopération technologique en matière aéronautique et spatiale devrait être bien évidemment renforcée. Après le retrait de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN, le Traité de l’Alliance Atlantique, signé à Washington dans un contexte tout à fait différent (4 avril 1949) , devrait être renégocié sur une base égalitaire avec les Etats-Unis tandis qu’un traité d’alliance continentale serait signé avec la Russie, où l’on pourrait remplacer schématiquement le mot Etats-Unis par Russie.
L’Europe européenne se retrouverait ainsi libre et équidistante de la Russie et des Etats-Unis.

Le problème à terme de la langue européenne de commandement
Quitte à faire sourire les irréalistes qui se croient réalistes et qualifient les défenseurs de la langue française et les espérantistes d’utopistes, sans avoir approfondi et réfléchi véritablement à la question, à terme la langue de commandement des forces armées européennes continentales ne pourra être, à défaut du français, que l’espéranto. Cette langue éthique, neutre, sept fois plus facile à apprendre que l’anglo-américain, est la seule langue capable de se substituer au basic english pour nous défendre culturellement contre le soft power des Etats-Unis. L’introduction de cette langue ne peut correspondre qu’ à une volonté politique européenne, de la même façon que le système métrique, introduit par Talleyrand en 1792 lors d’un simple discours à la Convention, s’est progressivement et naturellement imposé à tous les pays européens

Dans les armées, le multilinguisme a ses limites ; il faut une langue commune. A terme, de la même façon que les armées de Byzance étaient commandées en latin, les Armées de l’Europe devraient donc être commandées en français ou beaucoup plus probablement en espéranto !

Conclusion
Rien ne se fera en matière d’Europe de la défense tant que la France et l’Allemagne ne seront pas persuadées de leur « communauté de destins » (Schicksalgemeinschaft) (5) dans ce monde du XXIème siècle qui n’est plus celui de l’Europe du Congrès de Vienne en 1815. Suite au laxisme chiraquien et à l’incompétence socialiste, le cinquantenaire du traité signé le 22 janvier 1963 à l’Elysée par Charles De Gaulle et Konrad Adenauer est malheureusement une occasion ratée ; la France actuelle ne s’attirant à juste titre qu’un mépris mérité par les Allemands. Le paradoxe est que c’est l’Allemagne qui reprend à sa façon le projet gaullien, sans le dire !

La France avait déjà fait preuve d’une suffisance stupide, d’un orgueil non justifié en 1994, en refusant l’union politique proposée par le rapport Schäuble-Lamers sous forme d’un noyau dur de l’Union. Les Allemands ont même considéré l’abandon du DM demandé par la France et l’introduction de l’euro , qu’ils ont accepté avec reluctance, comme une sorte de paiement anticipé pour réaliser une union politique. Les Français qui se plaignent aujourd’hui de l’euro allemand ne sont vraiment pas à une inconséquence près de leur légèreté et n’ont qu’une cervelle indigne de moineau !

Valéry Giscard d’Estaing dans son plaidoyer pour l’Europe unie (6) exprime le vœu que le président français, la chancelière allemande, et deux ou trois autres grands dirigeants se mettent autour d’une table pour rédiger le projet d’une Europe unie monétaire, budgétaire et fiscale. Il remarque que la compétence monétaire est réalisée, la compétence budgétaire est en train de voir le jour et que la compétence fiscale reste à faire. Il passe sous silence et ne dit pas un mot de l’Europe de la Défense qui ,dans son esprit, ne pourra sans doute venir qu’ensuite. Le défi  selon Giscard d’Estaing : « Comment organiser une puissance européenne que les autres puissances respectent ; sa réponse : faire l’Europe-Unie pour 2030 ! »

N’oublions pas que demain le monde unipolaire américain aura disparu avec la montée en puissance de la Chine, de l’Asie, du Brésil, de l’Inde, des pays émergents, de la Russie, de la démographie africaine ! IL importera alors au pôle européen de pouvoir se défendre seul avec ses propres moyens! Cela est d’autant plus vrai que les Etats-Unis commencent déjà à se redéployer vers le Pacifique tandis que le reste du monde, l’Europe exceptée, réarme !

Marc Rousset,
économiste, écrivain, auteur de « La Nouvelle Europe Paris-Berlin-Moscou »

(1) Philippe Maze-Sencier et Jean-Sylvestre Mongrenier, “Conforter la présence française dans l’OTAN”, Le Figaro du 19 mai 2012
(2) François Jourdier-Officier contre Amiral (2S), article Revue de la Défense Nationale, publié par Magistro, 2 décembre 2012
(3) Alexandre Adler, “Cameron ouvre la voie à un fédéralisme européen”, Le Figaro du 13 octobre 2012
(4) Philippe Migault, chercheur à l’Iris, “Réarmement Légitime”, La Russie d’aujourd’hui, 2012
(5) Concept du sociologue allemand Max Weber (1864-1920)
(6) Valéry Giscard d’Estaing, “Plaidoyer pour l’Europe unie”, Le Figaro du samedi 19 Janvier 2013