Pour les médias français, tout est simple : Florence Cassez a été condamnée par une justice mexicaine expéditive, mais aucune charge ne pèse contre elle…

Pour les médias français, tout est simple : Florence Cassez a été condamnée par une justice mexicaine expéditive, mais aucune charge ne pèse contre elle…

Copie d’écran de “El Universal” édition nationale, l’un des plus importants journaux mexicains. “Elle s’en va, libre mais pas innocente”.

26/01/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – Depuis le retour en France de la jeune et belle héroïne, les grands médias se l’arrachent sur leur plateau. La mise en résonance hystérique de l’opinion publique française à laquelle on assiste n’est pas sans rappeler l’affaire Ingrid Betancourt…

La Française a toujours affirmé ne rien savoir des présumées activités criminelles de son ex-compagnon, Israël Vallartas…

Mais selon l’un des membres du gang des ravisseurs, Florence Cassez faisait plus que participer aux enlèvements : elle co-dirigeait le groupe. Elle est également formellement reconnue par plusieurs victimes. Par exemple, Cristina Rios Valladares et son jeune fils capturés par trois hommes du gang en octobre 2005 lors de la dernière action des « zodiacos ». L’enfant et la mère sont formels : cette jeune et jolie femme aux cheveux clairs, parlant l’espagnol avec un accent français très reconnaissable et qui s’intéresse de près au garçon dans le but d’accélérer le versement de la rançon, il s’agit bien de Florence Cassez.

Contrairement à ce que raconte l’intéressée et à ce que colporte cette même presse, Cassez n’est pas « innocentée » par la justice mexicaine. « Elle est libre, mais elle n’est pas innocente » a tenu à rappeler Olga Sanchez Cordero, le juge rapporteur qui a pourtant plaidé pour sa libération.

Des motifs d’indignation

Rappelons le sort de Michel Lajoye, qui a passé en France 20 années derrière les barreaux, en quartier de haute sécurité, alors qu’il n’a ni tué, ni blessé, ni enlevé, ni rançonné qui que ce soit. Michel Lajoye avait le tort d’avoir essayé d’agir, certes violemment, contre l’immigration.

Signalons aussi que Florence Cassez a été accueilli à sa descente d’avion par Laurent Fabius, avec une pompe digne d’un chef d’Etat, alors que le corps de l’une des victimes françaises des islamistes d’In Amenas, Yann Desjeux, arrivé à Roisssy le même jour, n’a eu droit qu’à une petite cérémonie à la sauvette en présence d’un sous ministricule requis d’office. Il faut dire que lui n’était pas du même coté, et même d’après un autre otage (britannique) qui a survécu, a contribué au péril de sa vie à sauver d’autres otages. Vous avez dit inversion des valeurs ?