Bilan de la manifestation du 13 contre le "mariage pour tous"

Bilan de la manifestation du 13 janvier contre le “mariage pour tous”

20/01/2013 – 21h40
PARIS (NOVOpress via Kiosque Courtois) –
Immense succès pour la manifestation en défense du mariage et de la famille, dimanche dernier… En face, mauvaise foi des politiques et dédain des médias

Avec un million de personnes, son immense succès a contrarié fortement les médias et l’oligarchie au pouvoir. La manifestation composée d’« une foule blanche et catholique » selon Nicolas Domenach n’était pas aux couleurs de la France voulue par ces derniers…. Leur attitude envers ceux qui ont défilé pour la famille traditionnelle a été, comme à l’habitude, particulièrement méprisante. (Voir aussi sur Novopress une autre déclaration analogue dans l’article “Manif contre le mariage homo : “c’est la France blanche” donc Hollande ne cédera pas”.)

Réactions politiques aux demandes des manifestants ?

Face à la demande de retrait, ou à défaut, de référendum sur le projet de dénaturation du mariage, le ministre de la Justice s’est réfugié derrière la prétendue inconstitutionnalité d’une telle consultation. Le président de la République a rappelé son refus de consulter le peuple français.

Pourtant, cette décision dépend simplement de la volonté du président de la République. L’article 11 de la Constitution, en effet, autorise le référendum notamment sur les “réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation”. Or la « politique sociale de la nation » n’existe qu’à travers l’interprétation qui en est donnée par le président. Et le Conseil constitutionnel refuse depuis 1962 de contrôler la constitutionnalité des lois adoptées par référendum. La balle est donc dans le camp de l’Elysée.

Que dire des chiffres communiqués par les hommes de Manuel Valls ?

La police a annoncé 340.000 manifestants. L’organisation a déclaré avoir dépassé le million de participants à 19h30, dimanche. La comparaison des photos prises dimanche avec des clichés du concert de Johnny Hallyday en 2009 annoncé à 700.000 participants ne souffre pourtant pas d’équivoque : il y avait, en fait, dans les rues de la capitale et au Champ de Mars plus de monde que lors de la marche pour l’école libre en 1984. La police a donc suivi des consignes de sous-estimation délibérée des chiffres.

Mais le général Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris, et organisateur pendant cinq ans du défilé du 14 juillet, évoque environ 800.000 manifestants. 500 à 700 000 personnes sont ainsi passées à la trappe, comme par un coup de baguette magique !

Que peut-on retenir de ces manifestations ?

Le Parisien a parlé d’une « Manif pour rien ». Les organisateurs, eux, considèrent que la partie n’est pas terminée. Ils ont donné une semaine à l’exécutif pour donner enfin la parole au peuple, sans quoi une nouvelle manifestation devrait être organisée.

Les médias font dans la censure

Le journal télévisé diffusé sur France 2 le 13 janvier, et celui du 14 sur FR 3 ont disparu des plates‑formes de rediffusion, sous prétexte qu’une journaliste de France 3 avait été filmée toute souriante face à Gilbert Collard, en tête de la manifestation frontiste. Elle a demandé la suppression de la séquence, après s’être fait insulter par téléphone après la première diffusion du reportage. Après plusieurs jours de polémique face à cette censure injustifiée, les deux journaux ont finalement été remis en ligne. Ci-dessous à 20 secondes dans la vidéo, le passage qui a motivé la censure.

BFM, de son côté, a été accusée de tous les maux pour avoir diffusé des images du défilé en direct et les paroles de participants. Toutefois, le directeur de la rédaction de BFM-TV annonce que la manifestation du 27 janvier en faveur du projet de loi bénéficiera du même traitement et rappelle qu’il a invité Caroline Fourest dans le débat.

La mairie de Paris a réclamé le remboursement des frais de remise en état de la pelouse du Champ de Mars, évalués à 100.000 euros par la ville

Les services de la voirie ont constaté que la pelouse centrale avait été piétinée par les centaines de milliers de manifestants, mais aussi qu’un ramassage systématique des ordures au sol avait été mis en place par les organisateurs. En réalité, il était prévu que l’intégralité du Champ de Mars, y compris les pelouses, soit utilisé : la mairie avait elle‑même fait enlever les barrières barrant l’accès aux pelouses.

Une demande de remboursement pour le moins inhabituelle…

Après le concert géant de Johnny Hallyday, la remise en état du Champ de Mars avait été financée par les deniers publics. Quant au dernier concert de SOS Racisme, tenu au Champ de Mars, il avait été largement subventionné par la mairie socialiste de Paris.

La « Manif pour tous » n’a reçu aucune subvention, et a été financée par les dons des participants.

Pour des élus UMP du Conseil de Paris, la demande du maire de Paris est un exemple effarant de son sectarisme : encore une fois, « deux poids, deux mesures ».

Cet événement annonce-t-il une révolution ?

Ceux qui se sont rassemblés à Paris dimanche dernier ne sont pas des militants politiques. C’est la « France bien élevée », les Français qui travaillent dur, paient leurs impôts, éduquent leurs enfants : bref, ceux qui portent l’ensemble du pays malgré les politiques sociales destructrices de ces dernières dizaines d’années. Ils sont les vrais piliers de la société. Eux qui ne manifestent jamais et ne font pas la grève, voici qu’ils se lèvent pour défendre le socle fondamental de la société, et dire « assez » à la fuite en avant destructrice du gouvernement.

La “force tranquille” de ces Français pacifiques, mais déterminés, est-elle le début de la renaissance française ? Les mois à venir nous le diront.

Crédit photo : La manif pour tous.