Génocides : dès l’origine des Etats-Unis

Génocides : dès l’origine des États-Unis

20/01/2013 –  13h00
NEW YORK
(NOVOpress) – Meurtres de masse, génocides… Le siècle dernier a été riche en politiques « éliminationnistes » en Europe, mais aussi en Afrique, en Amérique ou en Asie. Dans sa dernière étude : « Pire que la guerre », Daniel Jonah Goldhagen note que « l’existence de croyances et de désirs, de débats et d’idéologies éliminationnistes, ainsi que d’actes et de politiques, a été, à toutes les époques de l’histoire humaine, un trait central de toutes les sociétés quelles qu’elles fussent ». Dans cet ouvrage, l’auteur note également : « Il n’est pas de société humaine qui ne soit travaillée par des conflits politiques et sociaux entre des groupes ».

C’est pourquoi il serait réducteur de limiter ces massacres de grande envergure à quelques figures emblématiques : Hitler, Staline, Mao ou Pol Pot. Dès les premières lignes de son livre,  Daniel Jonah Goldhagen prend l’exemple des Américains et plus particulièrement du président Truman qui choisit de « faucher la vie d’environ 300 000 hommes, femmes et enfants » en larguant deux bombes atomiques sur le Japon en 1945 sans aucune raison valable. Les experts militaires insistaient en effet sur le fait que la suprématie aérienne des États-Unis aurait provoqué une reddition inconditionnelle du Japon avant le 1er novembre 1945.

« Dans le cas de Hitler, nous inscririons cet acte en bonne place dans le grand livre du mal. Pourquoi réserver un sort autre à l’extermination systématique par Truman de tant d’hommes, femmes et enfants », s’interroge l’historien ? « Mais l’ignorance ou le déni sont la règle aux Etats-Unis et dans les couloirs du pouvoir », constate l’écrivain, qui ajoute : « Les Américains ont beaucoup de mal à accepter les crimes de leur pays et de leurs compatriotes ». Deux poids et deux mesures donc dans la dénonciation de la barbarie. D’un côté, des dirigeants ou des nations unanimement condamnés sur le plan international, et de l’autre, des pays comme les Etats-Unis qui passent très souvent au travers des gouttes de l’infamie. Pourtant, cette puissance est dès sa naissance génocidaire en ayant chassé de leurs terres puis exterminé les Amérindiens à partir du XVIIIème siècle.