Voile islamique à la fac : une musulmane fait plier l’université de Nantes

19 janvier 2013 | Société

Photo ci-dessus : vitrine d’un magasin dans un souk au Moyen-Orient.

19/01/2013 –  08h00
NANTES
(NOVOpress) – Une étudiante nantaise portant le voile islamique sur les cheveux a été brièvement exclue jeudi d’un cours par une professeur vacataire, avant d’être réintégrée avec… les excuses de la direction. L’université de Nantes a indiqué qu’une enseignante vacataire, « qui enseigne d’ordinaire au lycée », a demandé en début de cours à cette étudiante, ainsi qu’à un jeune homme portant un bonnet, de se découvrir.

Si le jeune homme a obtempéré tout de suite, la musulmane est allée se plaindre aux responsables de son département, à l’UFR Sciences et Techniques. Ils ont aussitôt sermonné l’enseignante qui a dû présenter ses excuses auprès de l’étudiante, rapidement réintégrée dans le cours. La loi du 15 mars 2004 sur la laïcité interdit le port de signes religieux « ostentatoires », toutes confessions confondues, dans les écoles, collèges et lycées publics, mais elle ne s’applique pas aux étudiants à l’université. De plus, la loi, votée le 20 octobre 2010, interdisant la dissimulation du visage sur la voie publique, ne vise pas le voile islamique porté sur les cheveux. Autant de brèches permettant une islamisation virulente de la société française grâce à l’immigration de masse.

Crédit photo : Ammar Abd Rabbo, via Flickr, (cc).

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.