L’appel du président Assad à un gouvernement d’union nationale est rejeté par l’opposition

L’appel du président Assad à un gouvernement d’union nationale est rejeté par l’opposition

08/01/2013 – 19h30
DAMAS
(NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Le président Bachar al‑Assad (photo) a tendu la main à l’opposition, il semble toutefois que cet épisode laisse le conflit irrésolu et inchangé. En effet, dimanche le président syrien a prononcé un discours à la nation. C’était la première fois depuis plus de six mois qu’il s’adressait directement au peuple.

Dans son discours, il a appelé à la constitution d’un gouvernement d’union nationale en proposant une feuille de route pour sortir de la crise. Cette dernière prévoyait notamment l’organisation d’élection, une réforme constitutionnelle et une amnistie générale pour tous les combattants syriens.

L’opposition n’a pas fait attendre sa réponse. Elle a rejeté la proposition du président syrien le jour même du discours.

Le représentant de la coalition nationale syrienne a ainsi affirmé : « La proposition d’Assad montre qu’il veut court‑circuiter une résolution du conflit susceptible d’être obtenue au cours de futures négociations entre la Russie et les Etats‑Unis avec la participation de Brahimi, raison pour laquelle l’opposition ne l’accepte pas, si Assad et son régime ne quittent pas le pouvoir ».

Les grandes nations ayant une influence dans la région restent divisées.

D’un côté l’Iran a rappelé son soutien au plan élaboré par Assad et considère cette solution comme la seule tenable.

Washington parle au contraire d’une proposition déconnectée de la réalité, ne se donnant pas la peine de dire en quoi. Les Etats‑Unis appuient de la sorte la coalition qu’ils soutiennent au moins diplomatiquement.

Moscou de son côté ne renonce à aucune option et réaffirme à nouveau à cette occasion que le recours au peuple syrien doit être le moyen de sortir de cette crise sans précédent.

Une chose apparaît certaine, les Etats‑Unis et leurs alliés veulent la guerre.

Crédit photo : Fabio Rodrigues Pozzebom / ABr, via Wikipédia, (cc).