« Ne vous indignez-pas, nous l’avons tous cherché » : un manifeste à la responsabilité

[Tribune libre] « Ne vous indignez pas, nous l’avons tous cherché » : un manifeste pour la responsabilité

Sur la forme la démarche se retrouve dans celle du célèbre « Indignez-vous ! » : un essai court et percutant, qui interpelle la société.

Sur le fond, c’est tout autre chose. Cette fois-ci, ce n’est pas Stéphane mais Max, un entrepreneur aguerri qui a décidé d’écrire et de partager un manifeste pour la responsabilité, rédigé autour de 8 principes forts comme « Osons », « Simplifions » ou « Reconnaissons la vraie valeur de la chose publique». Un essai d’autant plus accessible qu’il est gratuitement proposé à la lecture en ligne.

[divider_1px]

 

En identifiant les anomalies et contradictions de notre système économique, « Ne vous indignez-pas, nous l’avons tous cherché » a le mérite de frapper juste.

Symbole de ces inepties auxquelles nous ne faisons plus attention : le chèque-déjeuner et ses confrères chèque cadeau ou chèque-vacances. Ces artifices infantilisent les employés et multiplient les pertes de temps tout en compliquant les processus de règlement. Pas moins de huit étapes, avec autant d’erreurs possibles sont ainsi dénombrées. Un auteur qui s’amuse aussi de la taille de certains comités d’entreprise et dénonce l’hypocrisie sur les rémunérations des stagiaires.

Lucide sur les questions de génération, le livre reproche à celle de 68 d’avoir dilapidé les efforts d’après-guerre et d’entretenir un conservatisme frileux. Une vision qui l’amène à un constat : le manque d’ambition et de vision à long terme, depuis les années De Gaulle. Un manque qui nuit gravement au moral et au dynamisme économique d’une France qui a toujours peur du moindre risque.

Mais Max n’est justement pas là pour se complaindre dans la critique. Il a choisi de proposer des réponses simples et efficaces aux problèmes d’une France (trop) lourde, qu’il aurait préféré voir guidée par une « éthique positive et réaliste » plutôt que par la « bien-pensance médiatique » actuelle.

A défaut de toujours partager le même avis sur les solutions proposées par l’auteur, il nous est difficile de ne pas reconnaître la justesse d’un diagnostic pertinent sur la société d’aujourd’hui. « Ne vous indignez-pas, nous l’avons tous cherché » tranche et propose, loin de l’anesthésie ambiante et des postures de rebelles de salon. Rien que pour cela, il mérite votre attention.

D.R.