Mosquée de Vannes : la municipalité UMP retoquée par le tribunal administratif

Mosquée de Vannes : la municipalité UMP retoquée par le tribunal administratif

18/12/2012 – 14h00
VANNES (NOVOpress Breizh) –
Le bail emphytéotique pour le terrain de la future mosquée de Vannes a été annulé par le tribunal administratif de Rennes. Une mauvaise nouvelle pour la municipalité UMP qui, de François Goulard (photo ci-dessus) à David Robo, soutient à fond ce projet.

Résolument décidé à ce qu’une grande mosquée soit édifiée dans sa ville, le maire de Vannes de l’époque, François Goulard (UMP), avait proposé un terrain appartenant à la commune situé à Kercado, au sud-ouest de la ville. Ce terrain, d’une superficie de 1 500 m2, était mis à disposition de l’Association cultuelle des musulmans de Vannes dans le cadre d’un bail emphytéotique de cinquante ans, moyennant un loyer symbolique d’un montant annuel de 4.000 euros. Un prix d’ami.

Suite à un recours exercé par la Libre pensée du Morbihan, le tribunal administratif de Rennes a rendu le 7 décembre dernier un jugement annulant la délibération du conseil municipal du 21 mai 2010 octroyant ce bail emphythéotique. Contrairement à ce que soutenait la Ville de Vannes, l’ordonnance du 21 avril 2006 sur les baux immobiliers emphytéotiques n’a en effet pas modifié la législation en ce qui concerne les terrains qui ne peuvent faire l’objet de ce type de baux  pour la construction de lieux de cultes. A l’époque, François Goulard avait jugé ce recours « totalement déplacé », affirmant – sans rire – que la Ville « n’aidait pas financièrement une association cultuelle ».

Mais l’affaire n’est pas terminée. Un nouveau recours devrait être exercé cette fois contre le permis de construire accordé le 7 août 2012 pour la construction de la mosquée et contre la délibération du conseil municipal de Vannes du 19 octobre 2012 décidant d’un nouveau bail emphythéotique pour le terrain de cette mosquée à Vannes. Un bail signé cette fois avec l’Association d’actions socioculturelles et sportives de Vannes, présidée par un certain Salim Keghouche.

La municipalité vannetaise vient également de mettre gracieusement à la disposition de la communauté musulmane de la ville, dans l’attente de réalisation de la mosquée, un local de 85 m2 dédié – officiellement – « à des activités sociales et éducatives au profit des jeunes ». Selon Alain Launay, directeur de l’office HLM Vannes Golfe Habitat, « normalement, ce local ne doit pas servir de mosquée. Certes, les gens peuvent prier où ils veulent, mais ces prières ne doivent pas donner lieu, à Ménimur, à des rassemblements. Nous avons affaire à des gens de confiance. Je pense que cela se passera bien. » (Ouest-France, 06/12/12)

Formé à l’Université catholique de l’Ouest d’Arradon, David Robo, le nouveau maire de Vannes (UMP), est un apparatchik qui a fait toute sa carrière dans le sillage de François Goulard. Directeur de son cabinet à l’hôtel de ville de Vannes en 2001, il le suivra ensuite au Secrétariat d’État aux transports et à la Mer en 2004, puis au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (2005).

Elu au conseil municipal en 2008, il est nommé adjoint au maire chargé des affaires sociales et vice-président du Centre communal d’action sociale. Parallèlement il entrera au cabinet de Joseph Kergueris, président du Conseil général du Morbihan. En 2011, David Robo obtient enfin son bâton de maréchal en devenant maire de Vannes, suite au départ de François Goulard pour la présidence du Conseil général. Ce dernier peut dormir tranquille. Il a trouvé sans aucun doute, en la personne de M. Robo, un digne successeur.

Crédit photo : Reformeetmodernite via Wikimedia (cc)