La démocratie à la française :L'inversion accusatoire encore une fois à l'œuvre

La démocratie à la française : l’inversion accusatoire encore une fois à l’œuvre

15/12/2012 – 14h00
PARIS (NOVOpress via le Kiosque Courtois) –
L’un des participants à la manifestation du 18 novembre dernier organisée par l’Institut Civitas contre ledit “mariage pour tous”, est victime du “deux poids, deux mesures”…

Il se nomme Aurélien. Aurélien doit utiliser un média libre, “La Voix de la Russie”, pour faire entendre sa version des faits… Nous le citons : “Le 28 novembre à 6 heures [du matin], j’ai été réveillé par les forces de l’ordre (…) qui m’ont menotté dans mon lit, une arme à feu braquée sur ma tempe. J’ai ensuite fait 48 heures de garde à vue et 15 heures de dépôt (…) et je suis désormais sous contrôle judiciaire avec interdiction de sortir du territoire français, et l’obligation de pointer tous les 15 jours au commissariat de ma ville (…) J’ai été traité comme un terroriste, alors que c’est nous qui avons été agressés !

Aurélien dénonce les pressions politiques sur les policiers et l’inversion accusatoire dont il est la victime, ainsi que plusieurs de ses camarades

Il précise en effet : “La police a expliqué notre « arrestation musclée » comme étant liée à des ordres venant « d’en haut » car cette affaire était devenue trop médiatique (…) Nous risquons 45 000 € d’amende et 3 ans de prison, sans compter les dommages et intérêts“.

Rappelons que lors de cette manifestation, les Femen, une bande de furies violemment antichrétiennes, ont agressé les familles présentes en scandant des slogans orduriers, seins nus avec peint sur leurs poitrines « J’encule l’Église » ou encore, « J’encule Dieu » , et en répandant le contenu d’extincteurs sur la foule pacifique, dont de nombreux enfants. Ces activistes, qui ont reçu le soutien des médias du système, sont grassement entretenues entre autres par le “philanthrope” Helmut Geier ou encore le “philanthrope” Jed Sunden. Un milieu interlope où l’on retrouve le “philanthrope” George Soros, connu pour sa part pour financer philanthropiquement les Pussy Riots. Les deux groupes partagent d’ailleurs la même conception cosmopolite du monde.

Les Femen tombent sous le coup d’« exhibitions sexuelles », de « diffusion de message à caractère violent », de « violences en réunion et avec armes », d’« entrave concertée à la liberté de manifestation » et d’« injures ». Délits qui vaudraient à leurs auteurs plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amendes et des peines de prison ferme. Mais qu’on se rassure, le ministère public, aux ordres, devrait classer l’affaire sans suite. Sauf pour Aurélien et ses camarades qui ont le tort de ne pas être dans le bon camp…