Frank Louvrier, ancien conseiller en communication de Sarkozy, veut aider Ayrault

Frank Louvrier, ancien conseiller en communication de Sarkozy, veut aider Ayrault

11/12/2012 – 18h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
A l’Elysée, sous le règne de Nicolas Sarkozy, Frank Louvrier (photo ci-dessus) dirigeait la communication. Après la défaite de mai, il n’eut pas besoin de rejoindre la case Pôle emploi ; son carnet d’adresses, les services rendus et ses compétences lui permirent d’être immédiatement recasé à la tête de la branche évènementielle du groupe Publicis, où il a remplacé… Richard Attias, le mari de l’ex de son ancien patron, Cécilia.

Un temps, on parla de lui pour diriger la liste de droite aux élections municipales à Nantes – option très risquée – puis à la Baule – option plus confortable. En attendant ce conseiller régional UMP des Pays de la Loire a le sens des affaires ; on ne peut pas lui reprocher non plus son manque de réactivité. Il se déclare en effet à fond pour le projet de Notre-dame-des-Landes. Devenu président de « Publicis Events », il est prêt à s’engager publiquement en faveur de Jean-Marc Ayrault. « L’opposition, affirme-t-il, devrait le soutenir sur ce dossier. » Et d’égrener les nombreux avantages d’une telle position : « C’est un bon projet, la droite aurait le beau rôle, on enfoncerait un coin entre le PS et les Verts et on se démarquerait de Marine Le Pen, qui est hostile au futur aéroport. » (Le Point, 29/11/12).

Frank Louvrier sait donc joindre l’utile à l’agréable. Après un pareil appel du pied, la logique voudrait que Matignon pratiquât le renvoi d’ascenseur, en confiant à « Publicis Events » un beau budget afin d’aider à la conversion des élus, des responsables locaux et des populations à la religion de l’AGO (Aéroport du Grand Ouest). Quant aux milieux d’affaires, ils savent maintenant ce qui leur reste à faire lors des prochaines consultations électorales ; un jeune homme qui comprend aussi vite que Frank Louvrier dans quelle direction souffle le vent mérite leur compréhension.

Enfin Jean-Marc Ayrault ne peut rester de marbre face à cette évidente bonne volonté. Puisque Frank Louvrier ne demande qu’à rendre service, on pourrait penser à lui lorsque sonnera l’heure de l’« ouverture ». Les prochaines élections municipales sont programmées en mars 2014 ; Louvrier rêvait de devenir maire de Nantes. A défaut, Jean-Marc Ayrault, magnanime, pourrait lui confier un strapontin : adjoint à n’importe quoi (circulation, cimetières, espaces verts…).

Crédit photo : DR