Dijon : plus d’un million et demi d’euros pour reloger un squat d’extrême gauche

9 décembre 2012 | France, Politique, Société

09/12/2012 – 16h30
DIJON (NOVOpress)
– Exactement 1.626.852 €, c’est la somme qui a été votée par le conseil municipal de gauche de Dijon, dirigé par le maire François Rebsamen – un élu cumulard également Président du groupe Socialiste au Sénat – pour reloger une dizaine de squatteurs d’extrême-gauche se revendiquant de la mouvance anarchiste.


Hier, à l’occasion de l’inauguration de la ligne 2 du tramway, des militants identitaires de Bourgogne Identitaire ont manifesté contre cette décision, en déployant une banderole et distribuant plusieurs centaines de tracts.

Ils ont dénoncé le fait que « Cette année encore, les sans-abris de Dijon passeront les nuits les plus froides dans la rue. Cette année encore, les ménages les plus modestes devront choisir entre allumer le chauffage et remplir le frigo. Mais face à tant de précarité, bonne nouvelle ! Monsieur le maire s’apprête à débloquer une enveloppe de plus d’un million et demi d’euros pour reloger… la dizaine de squatteurs des « Tanneries » ! »

« Peut-être s’agit-il de sauvegarder l’indispensable apport culturel des « Tanneries » à la vie dijonnaise, fait de concerts anarchistes, d’affichages sauvages, et de manifestations (illégales) en soutien aux migrants clandestins. Peut-être s’agit-il aussi de ménager la susceptibilité de futurs électeurs potentiels. Quoi qu’il en soit, les Identitaires de Bourgogne considèrent que ce déménagement en grande pompe aux frais du contribuable constituera un formidable gâchis d’argent public, lequel aurait été mieux employé à venir en aide aux dijonnais les plus modestes. » poursuivent-ils.

En concluant « « Squat autogéré » ? Qu’ils s’autogèrent ! »

Crédit photo : Bourgogne Identitaire (cc)

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.