Les rennes du Canada sont en voie de disparition

Les rennes du Canada sont en voie de disparition

08/12/12 – 16h30
OTTTAWA (NOVOpress) 
– Mauvaise nouvelle pour le père Noël ainsi que pour tous ceux qui sont attachés à la protection de la biodiversité : les rennes au Canada sont en déclin et menacés.
En effet, les derniers dénombrements officiels sont particulièrement alarmants.

Ainsi le troupeau de rennes qui était autrefois le plus grand du monde, celui de la rivière George, au Canada, a été réduit à une infime portion de sa taille originale. Evalué autrefois à 8 à 900 000 têtes, il n’en comptait plus l’année dernière que 27 600. Selon les officiels du gouvernement, ce déclin est « considérable et terrifiant ».

Cette progressive disparition est d’autant plus grave que les rennes, appelés aussi Caribous en Amérique du Nord, tiennent une place centrale dans la vie et la culture de nombreux peuples indigènes.

Ainis, George Rich, un innu du nord-est du Canada, a-t-il confié à l’association Survival : « L’exploitation et l’exploration minières à outrance est l’une des principales causes de la disparition des caribous. La compagnie Quest Minerals a, par exemple, récemment annoncé qu’elle projetait de construire une route qui traversera le cœur de l’aire de mise bas du caribou et que des hélicoptères et des avions survoleront la zone pour atteindre les sites d’exploration ».

Ce serait donc les projets industriels canadiens qui seraient les principaux responsables de la situation en détruisant une grande partie des pâturages et affectant gravement les routes migratoires.

Ainsi mise en cause, l’industrie de son côté, appuyée par certains biologistes, pointe du doigt les pratiques de chasse pourtant traditionnelles des Innus.

Une position rejetée par Survival International dont le directeur a notamment déclaré : « Il est facile de reprocher aux peuples indigènes de pratiquer la surchasse puisqu’ils n’ont généralement pas la possibilité de se défendre de ces accusations. Mais il a été largement prouvé qu’ils sont les meilleurs gardiens de leur environnement. Quand les gouvernements et les scientifiques le comprendront-ils enfin ? Nous devons commencer à écouter ce que les peuples indigènes ont à nous dire sur les problèmes qui affectent leurs propres terres : ils le savent mieux que quiconque ».

Crédit photo EliB via Flickr (CC).