L’association SOS Homophobie boutée hors des écoles

7 décembre 2012 | Société

07/12/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – L’an dernier, l’association SOS Homophobie, agréée par l’Education nationale, est intervenue auprès de 12.000 collégiens et lycéens pour les sensibiliser à l’homophobie. Mais des familles ont été choquées par des documents de communication affirmant entre autres que les représentants des religions « justifient même parfois une certaine discrimination à l’embauche à l’encontre des homosexuels ».


Suite à la plainte d’associations familiales catholiques, le tribunal administratif de Paris a retiré l’agrément dont bénéficiait SOS Homophobie pour intervenir dans les écoles. Le tribunal a en particulier relevé que les interventions de SOS Homophobie en milieu scolaire ont été « insuffisamment nuancées pour ne pas porter atteinte au principe de neutralité ».

Malgré cela, le ministère de l’Education nationale persiste à vouloir collaborer avec l’association et veut lui permettre de retrouver son agrément. Dans cette affaire, tout le monde, du ministère aux associations familiales catholiques, est en effet d’accord sur un point : la lutte contre l’homophobie doit commencer à l’école. Et si on songeait plutôt à la lutte contre l’illettrisme ?

Image en Une : copie d’écran de la page d’accueil du site de l’association.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.