Freud ne fait plus rêver

Freud ne fait plus rêver

06/12/2012 – 14h00
VIENNE (NOVOpress) – L’excellent film de David Cronenberg, « A dangerous method », est actuellement diffusé sur les chaînes du groupe Canal + (prochain rendez-vous : jeudi 13 décembre sur Canal+ Cinéma à 20:45). Il raconte l’amitié puis la haine entre deux monstres de la psychanalyse : Jung et Freud. David Cronenberg filme un Sigmund Freud (joué par Viggo Mortensen) dogmatique, manipulateur et obsédé par l’emprise des désirs sexuels sur l’esprit. Soucieux également de la surreprésentation juive dans l’univers de la psychanalyse à la fin du XIXème siècle. C’est pour cela que Freud tentera de séduire Jung, qu’il qualifie dans le film d’« aryen ».

Aujourd’hui, le père de la psychanalyse est attaqué de toutes parts. Dernière remise en cause : l’enquête de David Cohen au titre révélateur : « Freud sous coke » aux éditions Balland. Psychologue, titulaire d’un doctorat en psychologie et membre de la Royal Society of Medecine, David Cohen rappelle que Sigmund Freud a consommé de la cocaïne pendant une quinzaine d’années et l’imposera même à ses patients, sous couvert d’usages thérapeutiques. L’écrivain tente alors de cerner l’emprise de cette drogue dangereuse dans l’élaboration des théories du célèbre médecin viennois.

L’auteur soutient que ce recours à la cocaïne n’est pas, comme certains biographes le pensent, une erreur de jeunesse, mais un élément capital dans son élaboration de la psychanalyse. Déjà, en 2010, Michel Onfray, dans son livre, « Le crépuscule d’une idole », s’était penché sur cette grave addiction. Il écrivait : « Ses théories sur la cocaïne, défendues avec véhémence, sont invalidées publiquement par des scientifiques et se trouvent niées, reniées puis passées sous silence, ou présentées dans une version fausse tout à la gloire du héros par ses propres soins ».

L’addiction de Freud à la cocaïne remet par exemple en question la validité de sa théorie sur “L’interprétation des rêves”. David Cohen y consacre de nombreuses lignes. Mais pour Michel Onfray, la cause est entendue, avec des mots terribles : « Freud n’est pas un homme de science, il n’a rien produit qui relève de l’universel, sa doctrine est une création existentielle fabriquée sur mesure pour vivre avec ses fantasmes, ses obsessions, son monde intérieur, tourmenté et ravagé par l’inceste ».

Crédit photo : DR.