Insécurité croissante à Tours

Insécurité croissante à Tours

04/12/2012 — 12h00
TOURS (NOVOpress) — C’est à croire que la douceur ligérienne ne serait plus qu’une légende urbaine. En effet, les quartiers Fontaines et Sanitas à Tours semblent s’être transformés en zones de non-droit.

Ainsi, dix voitures brulées viennent s’ajouter aux trente autres carcasses retrouvées calcinées pendant les dernières vacances scolaires dans ces deux quartiers. Ces actes sidèrent la population des Fontaines et du Sanitas. Une population qui fait part de son exaspération, suscitant ainsi l’émoi des habitants de la préfecture d’Indre-et-Loire.

Une population d’autant plus en colère que, comme le fait remarquer Vox Populi, le mouvement patriote enraciné local, dans un communiqué : « Cette  tension omniprésente qui ne redescend pas devrait mobiliser sur le terrain les responsables politiques dont le premier devoir est d’assurer la sérénité et la sécurité  dans chaque rue de notre ville. Mais visiblement, c’est plutôt la politique de l’autruche qui a  été pratiquée, aussi bien lors du dernier conseil municipal – où aucun des participants n’a jugé bon de faire l’état des lieux de la situation –, que dans la bouche du maire socialiste Jean Germain qui fuit les cameras lorsqu’il s’agit de parler des tensions du Sanitas ou des Fontaines. »

De plus, toujours Vox Populi, « par ces propos minimisant, voire ces silences aveugles, les garants du bien commun tentent désespérément de rassurer la population qui n’est cependant pas dupe, en dédramatisant ce phénomène pourtant difficile à maîtriser. En tout cas, il est clair que la fuite en avant, pas plus que la langue de bois, ne solutionnera sérieusement ce conflit qui s’envenime au cœur de la ville. »

C’est la raison pour laquelle, « Vox Populi, fidèle à sa vocation que son nom traduit pleinement, veut se faire le porte-voix de ce petit peuple qui souffre chaque jour davantage de la délinquance qui s’installe chez lui. » Précisant que « si les autorités déjà frileuses continuent à fuir leurs responsabilités, sachez que nous n’abandonnerons pas les nôtres qui vivent au milieu des flammes, des caillassages et des odeurs de plastique brulé ! »

Crédit photo : DR.