Le gouvernement français fait les yeux doux à l’Algérie

Le gouvernement français fait les yeux doux à l’Algérie

03/12/2012 – 16h00
PARIS  (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Il y a six semaines, François Hollande donnait des gages à Bouteflika et au FLN à grand renfort de repentance : il présentait, au nom de la France, des excuses pour la soi‑disant « sanglante répression » du 17 octobre 1961. Un bobard historique, pourtant, démonté par de nombreux historiens.

Mais les dirigeants socialistes de l’Etat français ne comptent pas en rester là

Ils continuent de flatter les Algériens. Dernier projet de cadeau en date : les clefs d’honneur de la ville d’Alger. Elles avaient été remises, en 1830 à l’armée française et étaient depuis lors inscrites sur l’inventaire du musée de l’Armée. Il s’agit donc d’un trésor national en principe inaliénable. Cela n’empêche pas Hollande et Fabius de vouloir offrir ces clefs à l’Algérie lors de leur voyage officiel du 19 décembre prochain.

Et il ne s’agit pas que du patrimoine !

Certes non. Dernière lubie en date : un projet de régularisation massive des clandestins incluant les Algériens vivant sur le sol français. Manuel Valls autoriserait donc ce que le pourtant immigrationniste Jospin avait refusé, il y a quinze ans.

Pourquoi le gouvernement donne‑t‑il tous ces gages à l’Algérie de Bouteflika ?

Plusieurs raisons sont à envisager. La course aux matières premières et aux énergies, sans doute, l’idéologie de la repentance répandue dans l’oligarchie, bien sûr…

Mais il s’agit peut‑être, aussi, d’amadouer les Algériens qui dénient, jusqu’à présent, une quelconque compétence à l’armée française pour intervenir au Sahel.

La déstabilisation islamiste de la région est la conséquence du renversement de Kadhafi en Libye. D’après Bernard Lugan, depuis bientôt un an, la France s’est couchée devant les intérêts de l’Algérie au lieu de défendre les siens… Le nombre d’otages français retenus au Sahel augmente : l’Algérie cédera‑t‑elle à la France ?

Crédit photo : Fred Gosselin, via Flickr, (cc).