Chasse aux sorcières en Italie : le tribunal administratif donne raison à Mario Vattani et condamne l'Etat

Chasse aux sorcières en Italie : le tribunal administratif donne raison à Mario Vattani et condamne l’Etat

01/12/12 – 10h00
ROME (NOVOpress) — Le tribunal administratif régional du Lazio a donné raison à Mario Vattani et condamne le ministère des Affaires étrangères, qui, en la personne du ministre, est ainsi condamné au paiement des frais de justice pour un total de 1.000 € en faveur de Mario Vattani (photo ci-dessus). L’ancien consul italien à Osaka s’était retrouvé au centre d’une polémique avec le ministère des Affaires étrangères pour avoir donné une représentation de son groupe SottoFasciaSemplice à un concert organisé par Casapound Italia.

Le président du tribunal, Calogero Piscitello a considéré que la publication des informations et des photographies du concert plus de sept mois après l’événement n’était pas une simple exposition médiatique d’un comportement privé jugé « contraire à l’éthique », mais le fruit d’une campagne concertée, politique et idéologique, de dénigrement et de déstabilisation du jeune consul.

Pour le tribunal, en tout cas, il n’y avait là aucun élément qui justifiait l’interruption de la mission de Mario Vattani à Osaka. Aucun argument sérieux n’étant venu étayer l’affirmation du ministère que la présence à un concert de Casapound pouvait « avoir des conséquences négatives pour les intérêts l’Etat », alors que le travail de Vattani n’avait été que loué et apprécié jusque là.

« De cette façon, est condamnée une fois pour toutes la fureur de la persécution mesquine menée contre moi depuis presque un an par les dirigeants du ministère des Affaires étrangères », a déclaré Mario Vattani à l’issue du jugement.

« J’ai été l’objet d’une violente campagne qui, comme l’a indiqué le tribunal dans son arrêt d’aujourd’hui, a causé de graves dommages moraux, mais aussi économiques à moi et à ma famille. La décision d’aujourd’hui me donne raison de ne pas voir abandonné jusqu’à ce que vérité et justice soient faites. Je trouve étonnant que, au milieu des innombrables affaires de corruption,de turpitude et de que nous pouvons lire tous les jours dans les journaux, l’on m’ait harcelé et infligé de lourdes amendes pour simplement avoir exprimé mon espérance dans une Italie plus libre et moins hypocrite, cette Italie à qui j’ai donné le meilleur de moi-même depuis plus de 20 ans de service diplomatique », a ensuite conclu l’ex-consul.

Crédit photo : DR